La Jeunesse de Picsou

Les canards de Disney et l’histoire

The Youth of Scrooge

DOI : 10.56698/rhc.3347

Outline

Text

Picsou : le nom évoque un coffre de pièces d’or, ses neveux Donald, Riri, Fifi et Loulou et un canard en redingote et chapeau. Son univers est celui de la bande dessinée jeunesse ou du dessin animé. La bande dessinée de Don Rosa La Jeunesse de Picsou, publiée entre 1992 et 1994, ancre le canard, créé soixante-quinze ans auparavant par Carl Barks, dans l’histoire. Elle est constituée de douze chapitres principaux auxquels se greffent plusieurs chapitres secondaires. En 1995, elle a reçu le Will Eisner Award de la meilleure histoire à suivre. En France, elle est rééditée dans son intégralité aux éditions Glénat en 2012. Le succès de ses personnages et l’importance de sa diffusion en font une œuvre intemporelle, accessible à tous. Don Rosa assemble rigoureusement éléments historiques et références laissées par Carl Barks pour écrire le cadre de la jeunesse de Balthazar Picsou. Entre 1877 et 1947, les bornes chronologiques du récit, ses dessins, font s’aventurer Picsou entre un XIXe siècle mondialisé et le début du XXe. Dix des douze chapitres se passent avant 1903, le onzième entre 1903 et 1930. Le douzième en 1947 fait le lien avec la première apparition du personnage de Picsou par Carl Barks. Les thèmes de l’histoire sont intelligibles au plus grand nombre tout en constituant une première expérience de lecture jeunesse. Picsou participe à la ruée vers l’or, assiste à la disparition de l’Ouest sauvage américain, et se confronte au progrès, comme la voiture à moteur. La Jeunesse de Picsou alimente alors, autant qu’elle les reflète les diverses représentations de l’histoire du XIXe siècle.

Une œuvre intemporelle dans l’univers des canards de Disney

En février 2022, Picsou Magazine publie un numéro spécial pour l’année de ses cinquante ans1. Une rubrique fait référence aux dessins de Don Rosa dans La Jeunesse de Picsou2. Depuis 1992, selon la base de données INDUCKS3, les épisodes de La Jeunesse ont connu en France onze publications dans les revues sous licence Disney en plus de l’édition intégrale chez Glénat, ce qui lui confère une dimension intemporelle. Le lecteur de bandes dessinées jeunesse de 2022 lit alors le même récit que celui de 1992. La mobilisation des personnages Disney et la structure du récit renforcent cette intemporalité. Donald, présent dans La Jeunesse, est un personnage populaire depuis 1934. Picsou est apparu dans 20 074 histoires, des films, des dessins animés y compris récemment comme La Bande à Picsou entre 2017 et 2021, et des jeux vidéo comme la série des King Dom Hearts entre 2002 et 2019. La Jeunesse de Picsou est également publiée dans vingt pays, ce qui lui attribue un rayonnement et une influence mondiale. Elle concerne donc un personnage connu de tous. Elle devient même une bible pour certains auteurs qui en reprennent des éléments et les adaptent dans la continuité des récits de Carl Barks. La Ballade de John Flairsou4 fait par exemple référence à l’amitié entre le père de John Flairsou, Howard Flairsou, et Picsou, dessinée par Don Rosa dans La Jeunesse, même si dans le récit Flairsou est plus jeune.

La structure de l’œuvre suit un schéma narratif classique. Celui-ci repose sur l’humour et les gags des péripéties des protagonistes, par exemple Picsou jouant du didgeridoo ou attrapant le saumon comme un grizzly lors de concours de pêche à la mouche. Mais il repose également sur sa trame odysséenne, Picsou voyageant entre l’Écosse et les États-Unis en affrontant différentes péripéties, et ses aventures se définissent elles-mêmes comme « fantastiques, homériques5 ».

La démarche d’historien de Don Rosa : Carl Barks et l’histoire

L’œuvre est également d’une grande cohérence. Don Rosa parle de « détails déments6 » au sujet de la précision méticuleuse dans son travail. Cette dimension se retrouve alors dans l’originalité de son dessin, comme des pièces de monnaies qui n’ont jamais la même taille, mais aussi dans la mobilisation de ses références. Pour écrire La Jeunesse de Picsou, il a pris « en compte tous les « détails » concernant la vie de Picsou qui jalonnaient les histoires classiques de Carl Barks, quels que soient [sic] la longueur de ces fragments d’histoire ou l’obscur enfouissement qu’ils avaient pu subir7 ! ». Avec Picsou, Don Rosa est un historien de la bande dessinée. Les exemples les plus évidents sont sa jeunesse en Écosse et le château des Mc Picsou, dessiné par Carl Barks dans Donald Duck, le Secret du Vieux Château8, ou la nuit dans le « chalet du mont ours » référence à Noël sur le Mont Ours9, la première apparition de Picsou. À la précision de ces références vis-à-vis des récits de Carl Barks, Don Rosa associe la rigueur dans sa contextualisation historique : « Comme pour toutes les aventures de jeunesse de Picsou, je ne commence pas à écrire tant que je n’ai pas fait une recherche de documentation poussée sur l’histoire et la géographie des lieux10. » La volonté de « détails déments » de Don Rosa rejoint la démarche des dessinateurs pour la jeunesse des années 1950 et 1960 qui permettent le développement d’« éléments de la culture générale11 » à travers leurs dessins.

L’œuvre correspond donc à un contexte précis, qui est visible à la fois dans le détail des événements et dans la construction de la périodisation générale. Deux exemples illustrent la volonté de rigueur de Don Rosa et donc l’ancrage historique de ses dessins. Dans Le Prospecteur de la Vallée de l’Agonie Blanche12, Picsou arrive à Skagway en Alaska et rencontre Wyatt Earp, figure de l’Ouest américain célèbre notamment pour la fusillade de Tombstone en octobre 188113. Celui-ci explique sa présence à Picsou « Je suis de passage. Je viens d’acheter un saloon à Nome14 », une ville d’Alaska. Les recherches de Don Rosa confirment que Wyatt Earp a bel et bien acheté et dirigé le Dexter Saloon à Nome durant la ruée vers l’or15. À la fin de L’Aventurier de la Colline de Cuivre Picsou retourne en Écosse via New York. Il fait le bilan de ses aventures et constate : « Ils devraient élever une statue, pour souhaiter la bienvenue aux gens qui émigrent dans l’espoir d’une vie meilleure16. » Derrière lui, la statue de la Liberté est en construction. Cet indice permet à Don Rosa de contourner la demande de son éditeur de ne pas mentionner d’année précise dans les scénarios, tout en laissant la possibilité de « découvrir que l’histoire avait donc lieu en 188517. »

La mobilisation des imaginaires d’un XIXe siècle mondialisé

« Les seules limites à l’aventure sont celles de l’imagination18 » : cette morale qu’adresse Picsou à ses neveux à la fin de ses aventures, illustre le rapport même à l’histoire de La Jeunesse de Picsou. Le récit de Don Rosa repose sur un ensemble d’imaginaires qui est à la fois mobilisé et alimenté par l’auteur. Il en résulte une bande dessinée qui alterne entre apprentissage et références partagées et contribue à alimenter un ensemble de représentations historiques. Le héros est témoin et acteur de l’industrialisation, de la ruée vers l’or, de l’avènement de l’électricité et des barbelés, de la concurrence coloniale, de la traversée du Titanic. L’humour permet la mise en scène de l’industrialisation et de sa modernité, lorsque Picsou brise une ampoule croyant trouver la mèche de la lampe et s’électrocute. Le naufrage du Titanic permet à Picsou d’échapper à Bombie, le zombie créé par Carl Barks, en conséquence d’une mauvaise action du personnage. En plus de Wyatt Earp, le héros rencontre également Roosevelt, Buffalo Bill ou le tsar de Russie. La trame du récit, les voyages du personnage mobilisent un ensemble de thématiques issues du XIXe siècle, comme la conquête de l’Ouest, les ruées vers l’or, le rêve américain. Picsou traverse des références connues que son histoire contribue à diffuser. Le lecteur avisé identifiera plus facilement les personnages et les références cinématographiques, comme « Rosebud » et la scène d’ouverture de Citizen Kane reprise en ouverture du Reclus du Manoir de Mc Picsou19. Pour les lecteurs plus jeunes, La Jeunesse de Picsou est une première approche des récits de navigation sur le Mississippi et de ses dangers dans Le Roi du Mississippi, comme de l’univers du western dans Le Cow-boy des Badlands avec rodéos et des six-coups20. La quête de Picsou illustre la mythologie de la Frontière aux États-Unis, qui « semble offrir l’occasion à quiconque de devenir propriétaire21 ». Ses exploits dans la vallée de l’agonie représentent « l’Eldorado du Yukon22 ». Le récit joue en permanence entre les aventures de Picsou et la mise en avant d’une mythologie des périodes qu’il traverse. Le lien entre les aventures, leurs récits et leurs représentations est effectué par l’oncle John de Picsou. Il se retire ainsi à la Nouvelle-Orléans, « où il finit ses jours en écrivant ses aventures, The Master of the Mississippi23 ».

Dans l’épisode supplémentaire aux douze épisodes principaux de La Jeunesse, Le Protecteur de Pizen Bluff, il est la vedette du show « Ouest Sauvage-Est Sauvage24 » associant Buffalo Bill et Philéas Taylor Barnum et veut à la fin du récit publier un nouveau magazine, en bandes dessinées, où « de grandes aventures seront contées […] ». Cette double dimension, références partagées et apprentissage, prend alors une dimension historique au sein de La Jeunesse.

« Il est étonnant de noter que dans ma ville de Louisville, […] trois personnes sont devenues archéologues ou historiens professionnels en raison de leur amour pour les histoires d’aventure de Picsou qu’a écrites Barks25 » note Don Rosa. En plus de reposer la question de la place de l’imaginaire dans le travail de l’historien, cette remarque démontre le lien entre l’histoire et les récits de Picsou, et donc l’hommage que représente son œuvre vis-à-vis de Carl Barks. La Jeunesse de Picsou, quel que soit l’âge du lecteur, sollicite bien ces différentes représentations de l’histoire en lien avec d’autres thèmes et imaginaires.

1 Picsou Magazine, Spécial 50 ans ! Numéro Anniversaire, n° 560, mars-avril 2022.

2 Ibid., p. 34-37.

3 URL : https://inducks.org/index.php

4 Marco Nucci et Giorgio Cavazzano, « La Ballade de John Flairsou », Picsou Magazine, n° 559, janvier-février 2022.

5 Keno Don Rosa, « L’Envahisseur de Donaldville », [The Invader of Fort Duckburg], 1994, La Grande Épopée Picsou, tome I, Grenoble, Glénat, 2012, p. 

6 Keno Don Rosa, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 28.

7 Ibid., p. 6.

8 Carl Barks, « Donald Duck, Le Secret du Vieux Château », [The Old Castle’s Secret], 1948, Les Trésors de Picsou, n° 20.

9 Carl Barks, « Noël sur le Mont Ours », [Christmas on Bear Mountain], 1947, Picsou Magazine, n° 311.

10 Keno Don Rosa, op. cit., p. 100.

11 Kohn, Jessica. « Construire une culture commune. Les récits historiques dans les illustrés des années 1950 et 1960 », Sociétés & Rep

12 Keno Don Rosa, « Le Prospecteur de la Vallée de l’Agonie Blanche 1896-1897 », [The Argonaut Of White Agony Creek], La Grande Épopée Picsou, op. cit

13 Jacques Portes, La véritable histoire de l’Ouest Américain, Malakoff, Armand Colin, Ekho, 2016, p. 223.

14 Keno Don Rosa, « Le Prospecteur de la Vallée de l’Agonie Blanche », [The Argonaut of White Agony Creek], 1993, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p

15 Keno Don Rosa, op. cit., p. 186.

16 Keno Don Rosa, « L’Aventurier de la Colline de Cuivre », [The King of the Copper Hill], 1993, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 99.

17 Keno Don Rosa, op. cit., p. 102.

18 Keno Don Rosa, « Le Reclus du Manoir Mc Picsou », [The Recluse of McDuck Manor], 1994, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 277.

19 Keno Don Rosa, « Le Reclus du Manoir Mc Picsou », [The Recluse of McDuck Manor], 1994, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 261.

20 Keno Don Rosa, « Le Cow-boy des Badlands », [The Buckaroo of the Badlands], 1992, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 70.

21 Jacques Portes, op. cit., p. 141.

22 Ibid., p. 171.

23 Keno Don Rosa, « Le Roi du Mississippi », [The Master of the Mississippi], 1994, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 52.

24 Keno Don Rosa, « Le Protecteur de Pizen Bluff », [The Vigilant Of Pizen Bluff], 1996, La Grande Épopée Picsou, tome II, Grenoble, Glénat, 2013, p. 

25 Keno Don Rosa, op. cit., p. 157.

Notes

1 Picsou Magazine, Spécial 50 ans ! Numéro Anniversaire, n° 560, mars-avril 2022.

2 Ibid., p. 34-37.

3 URL : https://inducks.org/index.php

4 Marco Nucci et Giorgio Cavazzano, « La Ballade de John Flairsou », Picsou Magazine, n° 559, janvier-février 2022.

5 Keno Don Rosa, « L’Envahisseur de Donaldville », [The Invader of Fort Duckburg], 1994, La Grande Épopée Picsou, tome I, Grenoble, Glénat, 2012, p. 224.

6 Keno Don Rosa, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 28.

7 Ibid., p. 6.

8 Carl Barks, « Donald Duck, Le Secret du Vieux Château », [The Old Castle’s Secret], 1948, Les Trésors de Picsou, n° 20.

9 Carl Barks, « Noël sur le Mont Ours », [Christmas on Bear Mountain], 1947, Picsou Magazine, n° 311.

10 Keno Don Rosa, op. cit., p. 100.

11 Kohn, Jessica. « Construire une culture commune. Les récits historiques dans les illustrés des années 1950 et 1960 », Sociétés & Représentations, vol. 53, n° 1, 2022, p. 103-122.

12 Keno Don Rosa, « Le Prospecteur de la Vallée de l’Agonie Blanche 1896-1897 », [The Argonaut Of White Agony Creek], La Grande Épopée Picsou, op. cit, p. 161-184.

13 Jacques Portes, La véritable histoire de l’Ouest Américain, Malakoff, Armand Colin, Ekho, 2016, p. 223.

14 Keno Don Rosa, « Le Prospecteur de la Vallée de l’Agonie Blanche », [The Argonaut of White Agony Creek], 1993, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 162.

15 Keno Don Rosa, op. cit., p. 186.

16 Keno Don Rosa, « L’Aventurier de la Colline de Cuivre », [The King of the Copper Hill], 1993, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 99.

17 Keno Don Rosa, op. cit., p. 102.

18 Keno Don Rosa, « Le Reclus du Manoir Mc Picsou », [The Recluse of McDuck Manor], 1994, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 277.

19 Keno Don Rosa, « Le Reclus du Manoir Mc Picsou », [The Recluse of McDuck Manor], 1994, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 261.

20 Keno Don Rosa, « Le Cow-boy des Badlands », [The Buckaroo of the Badlands], 1992, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 70.

21 Jacques Portes, op. cit., p. 141.

22 Ibid., p. 171.

23 Keno Don Rosa, « Le Roi du Mississippi », [The Master of the Mississippi], 1994, La Grande Épopée Picsou, op. cit., p. 52.

24 Keno Don Rosa, « Le Protecteur de Pizen Bluff », [The Vigilant Of Pizen Bluff], 1996, La Grande Épopée Picsou, tome II, Grenoble, Glénat, 2013, p. 59.

25 Keno Don Rosa, op. cit., p. 157.

References

Electronic reference

Damien Cailloux, « La Jeunesse de Picsou », Revue d’histoire culturelle [Online],  | 2022, Online since , connection on 03 février 2023. URL : http://revues.mshparisnord.fr/rhc/index.php?id=3347

Author

Damien Cailloux

Docteur en histoire, Centre de Recherche en Histoire du XIXe ; Chargé de cours UCO Nantes. caillouxd@hotmail.fr