Logo du site de la Revue d'informatique musicale - RFIM - MSH Paris Nord

Appel à contribution

  

30 | 2024 - Exil et création sonore contemporaine : conflits et révolutions récentes

Date limite de réception des propositions : 1 septembre 2024

Dirigé par Louisa Martin-Chevalier et par Isabel Pires

 [English below]

Appel à contributions

Ce numéro s’intéressera aux multiples dimensions de la relation entre la création artistique musicale et sonore contemporaine et les situations tragiques de l’exil, provoqué par les conflits et les révolutions d’ordre géopolitique, social, économique, religieux, écologique ainsi que des situations de discrimination. En s’appuyant sur l’étude des parcours migratoires de musiciens et musiciennes exilées, il s’agira questionner les incidences de ces déplacements contraints sur leurs processus de création et leurs pratiques musicales jusqu'à interroger la catégorie même d’ «  artiste en exil  »  mobilisée pour les désigner (Rinaudo 2023, Laborde 2019, Laplanche-Servigne 2023, Miller et Raab Hansen 2023).

Les propositions d’articles pourront documenter la multiplicité de ces expériences de migrations tant personnelles que professionnelles, pouvant être vécues comme un déracinement, un dépaysement, un chaos tragique et traumatique, une étape transitoire voire libératrice (Kristeva 1988, Le Menestrel 2012). Nous encourageons les articles qui mettront en lumière les créations sonores nées dans ces contextes, offrant ainsi une visibilité et une reconnaissance à ces formes d'expression artistique.

 

Nous invitons les chercheurs et chercheuses à examiner, de manière approfondie, les vécus et les représentations musicales et sonores de ces situations d’exil, de l’évocation des crises tant individuelles que collectives à leur évacuation, de la violence formelle à la violence du langage. Un regard particulier pourra être porté sur les notions de résistance, de mobilisation et d’engagement politique revendiqué par les musiciens et musiciennes réfugiées (O'Connell/El-Shawan Castelo-Branco 2010, Larzillière 2023, Laplanche-Servigne 2023), à travers l’étude d’actions artistiques concrètes ou moins visibles. La dimension symbolique et cathartique de la création dans ces contextes pourra être interrogée.

Nous nous intéressons également aux nouveaux espaces de création qui ont émergé durant ces trajectoires migratoires et au rôle des associations (Atelier des artistes en exil, Artists at Risk, AAUTS, Aid for Artists in Exile entre autres) qui accompagnent et protègent les artistes de toutes origines et de toutes disciplines confondues. Des projets et programmes pluridisciplinaires dédiés à l’intégration des artistes en exil pourront également être inclus dans les propositions. Des études sur le rôle des institutions publiques, privées et culturelles (des pays d’accueil comme des pays d’origine) dans leur soutien ainsi que l’inscription des artistes dans des réseaux formels, informels et militants viendront enrichir les propos.

D’autres questions pourront être envisagées : Comment les créations musicales et sonores rendent-elles compte des traces de l’exil ? Comment une mémoire musicale et sonore de l’exil se tisse-t-elle dans les différents contextes envisagés ? Comment les musiciennes et les musiciens incorporent-ils leurs expériences de l’exil dans leurs pratiques de création ? Quelle est la dimension genrée de l’exil dans le domaine de la création sonore et musicale contemporaine ?

Nous encourageons les contributions qui offrent une analyse approfondie de ces questions, en mettant en lumière les voix et les perspectives des artistes eux-mêmes. Les articles peuvent explorer un vaste champ thématique et méthodologique, notamment les récits personnels des artistes sur leur expérience de l'exil et son influence sur leur pratique musicale ou sonore, ainsi que les stratégies de résilience et d'adaptation des artistes sonores face à l'adversité et aux discriminations.

Les contributions de chercheurs et chercheuses issus de divers horizons disciplinaires sont les bienvenues, y compris la musicologie, les études culturelles, les études migratoires, la sociologie et l'ethnomusicologie notamment.

 

Consignes

 

Les articles peuvent être rédigés en français ou en anglais. Les propositions doivent inclure :

— Titre

— Nom et affiliation de(s) auteur(s)

— Texte jusqu’à 1000 mots maximum

— 5 mots clés

— Biographie courte jusqu’à 350 mots

 

 

Calendrier

      Réception des propositions/abstracts :  1 septembre 2024

      Sélection des contributions : 30 septembre 2024

      Réception d’articles complets : 10 janvier 2025

      Envoi aux évaluateurs et retours aux auteurs : de février à avril 2025

      Envoi de la version définitive après révision : 1 juin 2025

      Publication : automne 2025

 

Envoi des propositions et contact :

Caroline Boë : s.filigrane[at]gmail.com

Louisa Martin-Chevalier : louisa.martin-chevalier[at]sorbonne-universite.fr

Isabel Pires : imp[at]fcsh.unl.pt

 

La révision linguistique du texte sera la responsabilité des auteurs.

Pour toute question veuillez contacter : s.filigrane[at]gmail.com

Normes typographiques : https://revues.mshparisnord.fr/filigrane/index.php?identifier=consignes-aux-auteurs

 

************

30 | 2024 - Exile and contemporary sound creation: recent conflicts and revolutions

Submission of proposals: September 1, 2024

 

Edited by Louisa Martin-Chevalier and by Isabel Pires

Call for contributions

This issue will examine the multiplicity of dimensions that exist within the relationship between contemporary artistic sound creation and tragic situations of exile, provoked by a multitude of factors, including geopolitical, social, economic, and religious conflicts, as well as discrimination. The study will examine the migratory paths of exiled musicians to assess the impact of forced displacement on their creative processes and musical practices. It will also question the very category of 'exiled artist' that is used to designate them (Rinaudo 2023, Laborde 2019, Laplanche-Servigne 2023, Miller and Raab Hansen 2023).

Articles may document the multiplicity of these migration experiences, both personal and professional, which can be perceived as uprooting, disorientation, tragic and traumatic chaos, transitional stages, or even liberating (Kristeva 1988, Le Menestrel 2012). It is encouraged that articles should shed light on the sound creations that are born within these contexts, thus providing visibility and recognition to these forms of artistic expression.

Researchers are invited to examine in depth the musical and sound representations of exile situations. The focus of this examination should encompass both individual and collective crises, and their expression. It should extend to formal violence to the violence of language. A particular focus could be placed on the notions of resistance, mobilisation, and political engagement advocated by refugee musicians (O'Connell/El-Shawan Castelo-Branco 2010, Larzillière 2023, Laplanche-Servigne 2023), through the study of concrete or less visible artistic actions. The symbolic and cathartic dimension of creation within these contexts can be explored.

Furthermore, we are interested in the new creative spaces that have emerged during these migratory trajectories and the role of associations (such as Atelier des Artistes en Exile, Artists at Risk, AAUTS, Aid for Artists in Exile, among others) that accompany and protect artists of all backgrounds and disciplines. We also welcome proposals that address the integration of exiled artists through multidisciplinary programmes and projects. Furthermore, studies on the role of public, private, and cultural institutions (in both host and country of origin) in supporting these artists, as well as the involvement of artists in formal, informal, and activist networks, will contribute to a more comprehensive understanding of the topic.

It is also important to consider the following questions: how do sound creations reflect the traces of exile? How do musical memories of exile unfold in the various contexts considered? How do musicians incorporate their experiences of exile into their creative practices? What is the gendered dimension of exile in the field of contemporary sound creation?

We encourage contributions that offer in-depth analysis of these questions, with particular emphasis on the voices and perspectives of the artists themselves. Articles may explore a wide range of thematic and methodological approaches, including artists' personal narratives about their experience of exile and its influence on their musical practice, as well as the resilience and adaptation strategies of sound artists in the face of adversity and discrimination.

The contributions of researchers from various disciplinary backgrounds, including musicology, cultural studies, migration studies, sociology and ethnomusicology, among others, are encouraged.

Instructions

Articles may be submitted in French or English.

Proposals must include:

— Title

— Name and affiliation of the author(s)

— Text up to a maximum of 1000 words

— 5 keywords

— Short biography up to 350 words

Timeline

— Submission of proposals/abstracts: September 1, 2024

— Selection of contributions: September 30, 2024

— Receipt of complete articles: January 10, 2025

— Sending to reviewers and feedback to authors: February to April 2025

— Sending of final version after revision: June 1, 2025

— Publication: Fall 2025

Submission of proposals and contact:

Caroline Boë: s.filigrane[at]gmail.com

Louisa Martin-Chevalier: louisa.martin-chevalier[at]sorbonne-universite.fr

Isabel Pires: imp[at]fcsh.unl.pt

The linguistic revision of the text will be the responsibility of the authors.

The publication will be released in Fall 2025.
For any questions, please contact: s.filigrane[at]gmail.com

Typographical standards: https://revues.mshparisnord.fr/filigrane/index.php?identifier=consignes-aux-auteurs

**********************

 

Numéro 29 (2024) - Appel clos

À l’écoute de l’archive : usages artistiques des traces sonores

Listening to the Archive: Artistic Uses of Sonic Remnants

Sous la direction de Christine Esclapez et Luis Velasco-Pufleau

 

[English below]

 

Un intérêt grandissant pour la question des archives d’un point de vue institutionnel (Farge, 1989 ; Clavert & Muller, 2017) mais aussi épistémologique (Derrida, 1995) et éthique (Zetlyn, 2022) a progressivement vu le jour depuis la fin du XXe siècle. Le « tournant documental » (Ketelaar, 2006 ; Mechoulan, 2011 ; Lemay & Klein, 2012 ; Leibovici, 2020) ou documentaire (Caillet & Pouillaude, 2017) a montré la nécessité de réfléchir à de nouveaux modes d’exploration des archives et données culturelles (notamment via les usages artistiques) ainsi qu'aux dynamiques de circulation, d'accumulation et d'extraction sous-jacentes à leur création. Si la conservation des archives est souvent le temps de l’amenuisement de leurs usages, leur exploitation artistique et citoyenne (Archival use) permet de relancer le cycle de la vie de l’archive (Lemay & Klein, 2012), de créer de nouvelles connaissances et de repenser le patrimoine commun. Á l'heure actuelle, la production exponentielle de données culturelles sur les réseaux sociaux ou autres plateformes pose cependant les limites de ce qui fait ou pas archive, de son utilisation comme de sa réactivation, de sa réécriture à son détournement.

 

Le numéro de la revue Filigrane «  À l’écoute de l'archive : usages artistiques des traces sonores » souhaite interroger le potentiel créateur des archives sonores, souvent délaissées par les institutions dédiées à la gestion, conservation et sauvegarde du patrimoine. Sous forme de sons enregistrés (musiques, ambiances ou paroles), l'apparition des archives sonores est historiquement dépendante d'une technologie apparue à la fin du XIXe siècle et leur accès est conditionné à l’écoute. Qu'elle soit individuelle ou collective, celle-ci construit, à son tour, un rapport spécifique et situé au monde. Partant de l'hypothèse que les archives sonores sont des types de documents particuliers qui échappent parfois aux catégories traditionnelles, il s'agira d'interroger leur spécificité ainsi que leurs réutilisations artistiques. 

 

Quelles sont les logiques de constitution des archives sonores ? Quel est le lien entre archives sonores et mémoire collective ? Dans quelles mesures les archives sonores permettent-elles d'accéder à une histoire orale et investie des communautés ? Comment, à partir des archives sonores, les artistes proposent-ils ou elles des récits contre-hégémoniques de l'histoire ? Quelles sont les conséquences esthétiques, juridiques et politiques de ces réutilisations ? Quels sont les processus de création mis en œuvre dans la réutilisation des archives sonores ? Quels sont les liens entre les réécritures des archives sonores et les nouvelles formes artistiques, comme le documentaire de création, les installations ou les paysages sonores ? Quelles sont les pratiques d'écoute induites par ces productions artistiques ?

 

Cet appel s'adresse à des personnes issues du monde de la recherche, des arts et de la création artistique, des musées ou des métiers de l’archive et de la conservation des données culturelles.

 

Thématiques suggérées 

  • Réflexion épistémologique et critique : définition et catégorisation des archives sonores
  • Archives sonores et création de nouvelles connaissances
  • Archives sonores : simulacre, fiction et récit de soi
  • Archives sonores et création interartistique
  • Usages politiques des archives sonores
  • Responsabilité et enjeux éthiques des usages artistiques des archives sonores
  • Logiques institutionnelles de constitution et conservation des archives sonores
  • Humanités numériques, bases de données et création sonore
  • Propriété intellectuelle, droits d'auteur et économie politique des archives sonores
  • Création et fabrique de l'histoire : mémoire, oubli et reconfiguration du réel

 

Calendrier

  • Réception des propositions/abstracts : 1 mai 2023
    Attendus : les abstracts devront comporter environ 6000 caractères (notes et bibliographie non comprises) ainsi qu’une courte biographique de l’auteur ou de l’autrice.
  • Sélection des contributions : 30 juin 2023
  • Réception d’articles complets : 1 novembre 2023
  • Envoi aux évaluateurs et retours aux auteurs : de novembre 2023 à février 2024
  • Publication : septembre 2024

 

Envoi des propositions et contact :

Caroline Boë : s.filigrane@gmail.com

Christine Esclapez : christine.esclapez@prism.cnrs.fr

Luis Velasco-Pufleau : luis.velasco-pufleau@unibe.ch

 

Références citées

Caillet Aline & Pouillaude Frédéric (dirs.). 2017. Un art documentaire. Enjeux esthétiques, politiques et éthiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Æsthetica.

Clavert Frédéric & Muller Caroline (dir.). 2017. Le goût de l’archive à l’ère du numérique. Projet collaboratif d’écriture en ligne, https://gout-numerique.net.

Farge Arlette. 1989. Le goût de l’archive. Paris. Seuil.

Ketelaar Eric. 2006. (Dé) Construire l'archive. Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2006/2 (N° 82), p. 65-70.

Leibovici Franck. 2020. des opérations d’écriture qui ne disent pas leur nom. Paris. Questions théoriques.

Lemay Yvon, and Anne Klein. 2012. Mémoire, Archives et Art Contemporain. Archivaria73 (April), 105-34.

Mechoulan Éric. 2011. Introduction. Des archives à l’archive. Intermédialités/Intermediality, (18), 9–15.

Zeitlyn David , Archiving ethnography? The impossibility and the necessity », Ateliers d’anthropologie [En ligne], 51 | 2022, mis en ligne le 31 mars 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ateliers/16318

 

 

*********************************************************************

[English]

 

Listening to the Archive: Artistic Uses of Sonic Remnants

Edited by Christine Esclapez and Luis Velasco-Pufleau

 

A growing interest in the question of archives, from the point of view of institutions (Farge, 1989; Clavert & Muller, 2017), epistemology (Derrida, 1995) and ethics (Zetlyn, 2022) has gradually emerged since the end of the twentieth century. The "documental turn" (Ketelaar, 2006; Mechoulan, 2011; Lemay & Klein, 2012; Leibovici, 2020) or "documentary turn" (Caillet & Pouillaude, 2017) has highlighted the need to reflect on new ways of exploring archives and cultural data (especially relating to artistic use) and on the dynamics of circulation, accumulation and extraction underlying their creation. While the conservation of archives often entails a lessening of their use, their artistic and civic exploitation launches a new phase of their existence (Lemay & Klein, 2012), and opens up the way for acquiring new knowledge and rethinking common heritage. Currently, however, the vast proliferation of cultural data on social networks and other platforms raises questions about the boundaries of what constitutes or doesn’t constitute the archive, about its use and reactivation, and about its rewriting and reinterpretation.

 

The special issue "Listening to the Archive: Artistic Use of Sonic Remnants" seeks to explore the creative potential of sound archives, often neglected by those institutions responsible for the management, conservation and safekeeping of cultural heritage. Taking the form of recorded sounds (music, words or ambient sound), the existence of sound archives is historically dependent on a technology that emerged in the late nineteenth century, and accessing them depends on being able to listen to them. Whether this listening is individual or collective, it constructs, in its turn, a relationship that is very specific and situated within the world. Taking as its starting point the hypothesis that sound archives are specific kinds of document that sometimes elude the traditional categories, this issue will interrogate their specificity and their artistic re-use.

 

What is the rationale behind the creation of sound archives? What is the link between sound archives and collective memory? To what extent do sound archives allow us access to access oral history embedded within communities? How can artists draw on sound archives to create counter-hegemonic historical narratives? What are the aesthetic, legal and political consequences of these re-uses? What are the creative processes at work in the re-use of sound archives? What links are there between re-writings of sound archives and new artistic forms, such as sound documentaries, installations or soundscapes? What listening practices are derived from these artistic productions?

 

This call is addressed to music scholars, artists, archivists and curators working on and with sound archives.

 

Suggested themes

  • Epistemological and critical reflection: definition and categorisation of sound archives
  • Sound archives and the creation of new knowledge
  • Sound archives: simulacrum, fiction and auto-narrative
  • Sound archives and inter-artistic creation
  • Political dimensions of sound archives
  • Ethical responsibility and issues in the artistic use of sound archives
  • Institutional approaches to the creation and conservation of sound archives
  • Digital humanities, databases and sound creation
  • Intellectual property, copyright, and political economy of sound archives
  • Creation and manufacture of history: memory, forgetting, and reconfiguration of the real

 

Schedule

  • Deadline for submission of abstracts: May 1, 2023
    Specifications: abstracts must be no longer than 6000 characters (not including notes and bibliography) and should be accompanied by a short biography of the author.
  • Selection:  June 30, 2023
  • Deadline for reception of articles:  November 1, 2023
  • Peer-review and feedback to authors: from November 2023 to February 2024
  • Publication: September 2024

 

Contact and submissions

Caroline Boë : s.filigrane@gmail.com 

Christine Esclapez: christine.esclapez@prism.cnrs.fr

Luis Velasco-Pufleau: luis.velasco-pufleau@unibe.ch