Penser l’héritage des femmes dans le 9e art français 

Thinking about the legacy of women in French 9th art

DOI : 10.56698/rhc.3377

Abstracts

L’histoire des créatrices dans la bande dessinée française est méconnue, voire inconnue. On ignore l’héritage qu’elles ont laissé dans une industrie dont le canon est construit par les noms d’un groupe des dessinateurs. En 2005, l’association Mnémosyne plaidait pour initier le chantier de la recherche sur l’histoire du genre et de la BD. Depuis, peu sont les études qui ont été développées. Dans ce contexte, cet article s’intéresse aux legs des créatrices de BD et aux sources à potentiel historique qui peuvent initier de nouveaux chantiers de recherche. Cette réflexion émane d’un travail par échantillonnage théorique (théorie enracinée), qui articule des méthodes mixtes (observation participante, entretiens et travail sur archives) aux épistémologies féministes. Dans un premier temps, cet article présente des pistes pour faire une archéologie des femmes dans la BD. La deuxième partie présente ensuite l’évolution de ces créatrices en France, et leur quête de reconnaissance. Enfin, la troisième partie montre la nécessité de la pratique de l’archive pour penser et consolider l’héritage des femmes dans le neuvième art.

The history of women cartoonists in France is little known, if not unknown. The legacy left by these women in an industry whose canon is built by the names of a group of cartoonists is ignored. In 2005, the Mnémosyne association argued in favor of initiating research into the history of gender and the comic industry. Since then, few studies have been developed. In this context, this article focuses on the legacies of female comics creators and on sources with historical potential that can initiate new research projects. This reflection stems from a theoretical sampling (grounded theory), which articulates mixed methods (participant observation, interviews and archival work) with feminist epistemology. Firstly, this article presents some avenues for an archaeology of women in comics. The second part focuses on the evolution of these women creators in France and their quest for recognition. Finally, the third part shows the necessity of the practice of the archive to think and consolidate the legacy of women in the ninth art.

Index

Mots-clés

matrimoine, héritage, archives, bande dessinée, histoire des femmes

Keywords

legacy, archives, comics, recognition, women’s history

Outline

Text

Le canon de la bande dessinée franco-belge est composite : il a été structuré par une institutionnalisation (recherche, musées, expositions) qui fait suite à l’engagement de collectionneurs et de bédéphiles. Son histoire est fragmentée et des ouvrages comme La bande dessinée, son histoire, ses maîtres (Groensteen, 2009), proposent un paramétrage qui rend reconnaissable1 ledit neuvième art. Mais, des sources n’ont pas été conservées ou se trouvent éparpillées : des dessins sans signature, des collaborations non créditées, des catalogues incomplets, l’absence de contractualisation de collaborations, entre autres. Et, lorsque l’on parle d’un héritage, on a tendance à placer la focale sur les maisons d’édition2, sur des titres emblématiques3, sur des revues iconiques4, et surtout sur la production masculine qui compose son canon5. L’intérêt vis-à-vis des maîtres de la BD6 interpelle en raison de son influence dans ce que l’on a longtemps considéré comme un art sans mémoire7, mais dont le récit comporte les traces d’un imaginaire genré. Dans ce panorama fragmenté, éclaté, partial et partiel, on se demande : quel rôle ont joué les femmes et quels sont leurs héritages8 ? Ces questions servent de fil conducteur à cet article, lequel fait référence, dans un premier temps, aux publications des dessinatrices dans la presse illustrée au début du XXe siècle (strips, dessins de presse et histoires à suivre). Cela permettrait d’avancer une première hypothèse quant à la présence des femmes dans l’histoire du médium. Ensuite, il s’agira de signaler la manière dont ces femmes tentent de faire corps dans leur quête pour la reconnaissance. Enfin, il sera montré la pertinence du travail d’archives, pour penser l’héritage des femmes dans le neuvième art. Cette réflexion est faite dans le cadre de ma recherche doctorale, où j’entrecroise des méthodes mixtes (observation participante, entretiens et travail sur archives) aux épistémologies féministes.

Les femmes dans l’émergence du neuvième art

Les bandes dessinées faites par les femmes n’étaient pas des cas rares au début du XXe siècle9. On peut trouver, par exemple, une BD muette de Gerda Wegener10 datant du 17 juillet 1915 dans Le Rire et plusieurs de ses dessins dans La Baïonnette, où il y a également des dessins de Louise Ibels. Les femmes sont très présentes dans les illustrés pour « jeunes filles », où l’on trouve les créations de Colette Pattinger dès 1921 dans Lisette, ou de Manon Iessel dans La Semaine de Suzette, et ce dès 1930.

Illustration 1. Gerda Wegener, « L’origine du zeppelin », Le Rire : journal humoristique, 17 juillet 1915

Image 100000000000056A0000077C52185083.jpg

https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k62763987/f12.item vue 12/12

Illustration 2. Louise Ibels, sans titre, La Baïonnette, 7 juillet 1917

Image 100000000000056A000007D27D36FCB0.jpg

https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k65815561/f3.item vue 3/16

Pour diverses raisons11, toutes les femmes ayant fait des bandes dessinées ou des dessins de presse ne peuvent pas être considérées comme des bédéastes. Cependant, leur parcours permet de réfléchir à d’autres héritages que celui du canon masculin. En valorisant cet héritage comme source à potentiel historique, c’est-à-dire qui peut servir au récit historique, on peut rendre compte de dynamiques politiques et sociales qui traversent l’histoire de la BD. Cette problématique conduit à se demander : quel genre d’histoire a été retracée. Quels critères ont permis de normer les références à prendre en compte pour que tels acteurs ou actrices soient dignes d’être inscrit-e-s dans la postérité ? Au regard des discriminations documentées, ces questions invitent à penser cette histoire à travers une approche qui prend en compte l’héritage des femmes, à l’intérieur des rapports sociaux et de genre. C’est cela que recouvre le terme de matrimonialisation.

Le manque de sources rend difficile l’étude de la trajectoire de créatrices. Comme le constate Isabelle Bastien-Dupleix12, commissaire de l’exposition Claire Bretécher, « il n’y a pas de liens entre la notoriété des femmes et les traces, les travaux ou les études (en tout cas publiées) qui ont pu se faire sur leurs créations13. » Cette difficulté appelle à réfléchir sur ce qui est considéré comme source historique, ou méritant le statut patrimonial/matrimonial. Le concept de matrimoine est un outil pertinent pour explorer les legs des femmes, quel qu’il soit le domaine. Si l’on se base sur l’étymologie du terme patrimoine (transmission léguée par le père), on peut saisir la volonté de conservation d’un héritage partial et partiel. D’ailleurs, la récente émergence des journées du matrimoine, visant à modifier nos perceptions de l’histoire dans un but clairement politique, rendent compte de cet héritage méconnu, ignoré, négligé, transmis par les femmes. En 2019, Stéphanie Urdician, faisant état de la transformation du vocable matrimoine au cours de l’histoire en France14, expliquait :

La disparition du terme rend invisible le rôle des femmes dans les processus de transmission économique et symbolique en les excluant de la sphère du pouvoir et de la culture officielle. L’un des tournants de l’histoire de la disparition de l’héritage des femmes (au sens juridique, politique et culturel) est la rupture (matérielle et symbolique) de la généalogie matrilinéaire, caractéristique commune à toutes les sociétés patriarcales). Traduction personnelle15.

Dans le cadre d’une étude sur les créatrices de bande dessinée, cette réflexion invite à questionner la rupture d’une généalogie bilatérale (venant des hommes et des femmes), laquelle est surtout mise en évidence quand on s’intéresse à d’autres fonctions comme la scénarisation, la colorisation ou l’édition. Par exemple, l’histoire du médium retient le rôle des frères Offenstadt16, mais aucune source secondaire ne mentionne le rôle de Suzanne Vignon, gérante de la Société Parisienne d’éditions entre 1926 et 1934, laquelle apparait dans la signature des périodiques de cette époque (Cri-Cri, L’Épatant, Fillette…). Il en va de même pour Françoise Bosquet, qui édite, scénarise et colorise pour des journaux comme Vaillant et Pif Gadget, et dont le rôle est brièvement souligné dans un ouvrage de 201217.

Par ailleurs, l’exploration de cet héritage doit prendre en compte les difficultés professionnelles des femmes18 et leur contexte, surtout à une époque où la création artistique n’était accessible qu’aux groupes privilégiés. De lors, l’approche du genre est pertinente pour questionner le manque d’archives liées aux femmes et la nécessité de travailler sur des sources primaires. Mais, ce phénomène n’est pas unique aux mondes de l’art, et divers outils théoriques permettent de réfléchir à cette absence pour saisir les mécanismes de l’invisibilisation. Pour Michèle Le Doeuff19, cette invisibilisation est corrélée à une exclusion genrée. Ce phénomène systémique se produit en trois temps : le premier étant celui qui interdit l’accès des femmes à un certain domaine. Si rien ne permet d’assurer l’éventuelle interdiction des femmes dans le champ de la BD, le nombre d’abandons de carrière en raison des contraintes qui pèsent sur les créatrices20, peut expliquer certains phénomènes d’auto-interdiction de cette pratique professionnelle. Le second temps est celui où l’on nie ou minimise la présence et le rôle des femmes dans ledit domaine. On peut, par exemple, illustrer ce constat par les déclarations de Franck Bondoux (délégué général du Festival d’Angoulême) qui affirmait, en 2016, que les femmes dans l’histoire de la BD « pouvaient se compter sur les doigts d’une main »21. Le troisième temps, enfin, est celui qui dévalorise le travail de ces femmes, et qui peut être assimilé aux discriminations sexistes expérimentées par les créatrices22. Suivant cette logique, on peut donc faire une lecture critique des procédés qui ont contribué à normaliser l’invisibilité des créatrices de BD.

Malgré une lecture critique, on se retrouve avec le même problème : il y a très peu de traces sur le rôle joué par ces femmes et par conséquent, très peu d’études qui peuvent en découler. Alors, comment faire pour étudier leurs apports ? La démarche empirique permettant de répondre à cette question est souvent passionnante : on s’attache à fouiller des ressources documentaires (travaux scientifiques, catalogues de bibliothèques, ouvrages spécialisés) et à éplucher des ressources primaires (périodiques dessinés/illustrés, les catalogues universitaires et de maisons d’édition ainsi que les bases de données des centres de conservation et les forums dédiés à la BD)23. Si repérer les traces de celles qui sont sorties du circuit (retraite, abandon de carrière ou décès) revient à trouver une aiguille dans une botte de foin, leur trouvaille vient récompenser les efforts déployés. Suivant cette dynamique, j’ai pu ainsi lister les noms de 665 créatrices ayant publié au moins deux bandes dessinées (strips, périodiques ou albums) dont certaines depuis le tout début du XXe siècle. La question demeure alors : si ces créatrices sont bel et bien présentes dans l’histoire du neuvième art français, quels sont leurs legs ?

Remonter la trace

La thèse de Jessica Kohn est le premier travail de recherche où l’on découvrait les noms des quarante-et-une femmes dessinatrices24 (dans un corpus de 400 bédéastes) ayant publié dans les illustrés franco-belges entre 1945 et 1968. Mais, les paramètres de son étude25 excluaient de fait les femmes qui, pour diverses raisons, n’avaient pas fait du dessin leur principale activité professionnelle. Pourtant, elle ne mentionne pas d’autres créatrices comme Renée Briotet, qui publiait régulièrement dans La Semaine de Suzette entre 1926 et 1946. Il paraît donc nécessaire de redéfinir le périmètre de l’étude pour mieux appréhender le matrimoine de la bande dessinée. Ainsi, on pourrait voir que rien qu’au travers de Suzette et Lisette, on peut remonter la trace des femmes ayant publié des dessins à suivre ou même des BD depuis 1910 comme Kate J. Fricero (La Semaine de Suzette) ou Madeleine Léonce-Petit (Les Vacances de Suzette en 1910, puis régulièrement dans l’hebdomadaire dès 1918 jusqu’à 1938). L’élargissement de ces paramètres permettrait aussi de prendre en compte d’autres héritages, en lien avec la scénarisation ou la colorisation par exemple. Suivant cette logique, on s’attellerait à tisser des connexions entre les femmes qui ont pu, sous une forme ou une autre, atteindre des collègues et même un lectorat avec leurs bandes dessinées. Mais, comment contourner le manque de sources relatives aux créatrices de BD (ou bien leur éparpillement) ?

Faire l’archéologie26 du neuvième art serait une piste, bien que cela ne soit pas si évident en raison de la pluridisciplinarité27 de ce champ. Le croisement de la collecte de témoignages (quand cela est encore possible) avec la fouille et la production d’archives permettrait de contourner des problèmes liés aux sources. En s’intéressant aux conditions de la constitution d’archives, à partir des récits de ses producteurs, on pourrait voir au-delà de normes de collecte et de conservation. En documentant cette démarche, on accroît les possibilités des sources potentielles. En ce sens, les méthodes d’enquête comme celle de la prosopographie28 (menée par Jessica Kohn dans sa thèse) ou celle de l’archéologie horizontale29 semblent pertinentes dans une démarche de matrimonialisation ou tout simplement d’historicisation30. Un intérêt supplémentaire de ces deux approches : elles semblent accessibles aux chercheuses et chercheurs étrangers à la discipline historique, mais dont les travaux manifestent une dimension sociohistorique.

Un travail archéologique, où l’histoire orale serait idéalement31 au centre, allégerait les difficultés liées aux traces de ces créatrices. Toutefois, si leur histoire orale n’est pas accessible (mémoire défaillante, décès ou refus de témoigner), le croisement de différents types d’archives est nécessaire : archives d’écoles d’art, des syndicats ou d’organismes de protection sociale (liés aux métiers d’artistes), d’identité des journalistes de presse, mais aussi l’étude des catalogues, d’éditoriaux ainsi que les sommaires des périodiques et des revues de BD. En mobilisant cette démarche, j’ai pu apprendre qu’en 1864 il y avait des estampes avec les textes de Marie Pape-Carpantier32 ; que Manon Iesel, Albertine Deletaille, Marianne Clouzot, Françoise Bertier ou Madeleine Diener adhéraient à la SNPI33 au moment de l’enquête menée par la commission pour la création de la caisse nationale des arts (1964-1973) et que Davine avait une œuvre variée en dehors de sa collaboration avec le dessinateur Rob-Vel34.

Illustration 3. Marie Pape-Carpantier, Les deux servantes, estampe de 1864 illustrée par Louis Scherer. Recueil d’Images d’Épinal de la Maison Pellerin

Image 10000000000003FF000005316D2DD713.jpg

https://catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb41352656x

Illustration 4. Davine, « L’incendie ou l’art de faire disparaître les restes », Dimanche illustré, 12 novembre 1933

Image 100000000000078000000438AC581AC5.png

https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k91124329/f13.item vue 13/16

Legs, histoire et reconnaissance

Durant les cinquante dernières années, les créatrices de BD ont contribué à la défense des intérêts de leur communauté35. Leur œuvre n’est donc qu’une partie de leur apport au champ de la BD. En partant de leur trajectoire, on peut commencer à tisser une autre histoire du médium. Ainsi, le croisement de sources (et si possible l’accès aux témoignages des personnes concernées), rendrait compte d’autres enjeux propres à la création en bande dessinée, comme celui permettant la constitution d’une communauté mais aussi des réseaux veillant à leurs intérêts36.

La pertinence d’une étude des trajectoires, donc longitudinale, permet aussi d’observer les stratégies des créatrices pour faire carrière dans la BD. C’est ainsi que j’étudie leur répertoire d’actions en vue de leur reconnaissance. La notion de reconnaissance est primordiale quand on s’intéresse à l’héritage de ces créatrices. Son déni est défini (Fraser 2011 : 79) comme un mécanisme d’injustice sociale institutionnalisée qui discrimine, invisibilise, exclut et disqualifie un groupe à l’intérieur d’un contexte donné. Cette notion est pertinente pour lire l’histoire des bédéastes, puisque, comme il a été montré plus haut, ces femmes ont été oubliées, discriminées et invisibilisées.

La mise en mémoire d’un héritage masculin semble structurée par les institutions. Nous avons vu que des institutions légitimantes, comme le Festival d’Angoulême37 (qui existe depuis 1974) ou les écoles spécialisées, contribuent à cette historicisation genrée. Maëlys Tirehote-Corbin montrait dans son mémoire comment l’apprentissage de l’histoire de la BD imposait un canon majoritairement masculin38, ce qui perpétuait une tradition où les femmes semblent absentes39. Suivant cette logique, on peut comprendre le choix de certaines créatrices qui font des sacrifices personnels pour faire carrière dans la bande dessinée. Pour Joëlle Savey « c’était un choix ne pas avoir d’enfants » puisqu’une « vie de famille n’était pas absolument compatible avec [s]a charge de travail »40. Il en va de même pour Chantal Montellier, qui dit qu’« on ne peut pas être une femme bédéiste à temps plein et être mère »41. En effet, les conditions matérielles de la fabrique de bandes dessinées font de ce milieu, un monde où la vie de famille doit être proscrite pour pouvoir suivre le rythme de la production et même de la promotion. L’autrice Vanyda déclarait par exemple qu’elle « a[vait] dû ralentir son rythme de production depuis [qu’elle était] devenue mère »42.

Les remarques sexistes et autres micro-agressions faites aux femmes dans ce milieu contribuent également au choix de carrière de ces créatrices : Catel, « ne se sen[tant] pas à l’aise entourée par l’équipe, entièrement masculine, de Fluide Glacial, s’est tournée vers l’édition jeunesse »43 ; dans un entretien publié sur son site, Sonja Hofp faisait également part de l’environnement sexiste à l’intérieur de la rédaction d’Hara-Kiri44 où ses collègues masculins « regrettaient qu’[elle] ne pose pas pour leurs affreuses photos ». Même si beaucoup d’autrices travaillent encore dans ce contexte, on pourrait se demander si ces mécanismes n’ont pas contribué à l’évincement des créatrices du monde de la bande dessinée.

La reconnaissance : une préoccupation majeure chez les dessinatrices de BD

La visibilité des créatrices de BD a souvent été au cœur des préoccupations des principales concernées. Les éditoriaux d’Ah ! Nana (première revue de BD à être conçue pour et par des femmes) invitaient à découvrir l’œuvre des dessinatrices qui se racontent « par leur plume et leur pinceau » comme le précise son numéro inaugural45. Ce premier éditorial est d’autant plus intéressant à étudier qu’il estimait qu’en France il y avait au moins cinquante dessinatrices :

Ne vous étonnez point de découvrir en une seule fois autant de dessinatrices. On en recense officiellement cinquante en France, mais nous sommes certaines que vous êtes bien plus nombreuses. Mesdames, nous vous attendions. Edith Orial (Éditorial, Ah ! Nana, n°1, 1976, p. 3)

Illustration 5 : Éditorial et sommaire du premier numéro de la revue Ah ! Nana, octobre 1976

Image 1000000000000B890000072E61F04486.jpg

http://collections.citebd.org/ark:/12345/FAp00006/1976/10/v0001.simple.selectedTab=thumbnail

Au-delà de la mise en lumière d’une bande dessinée faite par des femmes, Ah ! Nana se plaçait aussi comme un lieu d’accueil où les créatrices abordaient divers sujets sans contraintes. En raison de sa diffusion ainsi que de son partenariat avec les Humanoïdes associés, il s’agissait d’une vitrine pour les créatrices qui ont participé aux neuf numéros de cette revue, aujourd’hui iconique. Vingt-deux ans plus tard, trois autrices (Catherine Beaunez, Nicole Claveloux et Jeanne Puchol) signent la tribune « Les dessinatrices oubliées », et invitent les spécialistes de la BD à être attentifs au travail des femmes, avant qu’elles deviennent à leur tour une espèce menacée de disparition46.

Revendiquer leur présence dans l’espace public ne permet pas de pallier le déni de reconnaissance subi. De ce fait, on saisit autrement leur mobilisation pour la valorisation de leur travail, comme dans le cas de l’association Artémisia, fondée en 2007 par Jeanne Puchol et Chantal Montellier avec l’historienne Marie-Jo Bonnet. Cette initiative, la seule à ce jour en France, récompense le travail d’une autrice à travers l’organisation d’un prix ainsi que des rencontres et des expositions. Toujours dans ce cadre, on remarque la fédération de ces créatrices avec la création, en 2015, du Collectif des créatrices de BD contre le sexisme. Ce collectif, aussi connu sous l’appellation BDégalité, agit comme un organe de veille contre les comportements sexistes, auprès des 250 créatrices qui ont signé leur charte. Ces initiatives confirment la présence des femmes dans ce champ et leurs préoccupations.

On voit donc que depuis 1976, les créatrices agissent elles-mêmes pour valoriser leur travail. Cependant, il semble urgent d’institutionnaliser la documentation et la conservation des sources en lien avec la présence, l’œuvre et l’implication de ces créatrices pour penser la pérennité de leur héritage.

Exhumer et produire les traces : le projet du fonds d’archives des créatrices de BD

Le collectif les Bréchoises47 s’est donné pour mission de constituer le premier fonds d’archives des créatrices de BD48 et revient sur les enjeux empiriques de la mise en mémoire des femmes. Organiser ce projet impliquait de saisir le matrimoine de la BD dans son épaisseur collective et politique. Pour cela, j’ai proposé de considérer la collecte et la production d’archives comme une manière de contribuer à la reconnaissance de ces créatrices. La collecte des témoignages était primordiale, car les archives orales permettent « de sédimenter et de fixer une mémoire orale, qui devient dans le même temps source et objet d’histoire » (Descamps, 2019 : 75).

Ce projet, qui compte avec le soutien de diverses institutions et associations49, était expérimental, car nous tenions à interroger des archives en cours de production. Le protocole s’est délimité autour d’une série d’entretiens menant à l’inventaire (puis à la collecte faite par les centres de conservation) de différentes sources50 pouvant conduire à retracer le parcours et l’identité des créatrices de BD convoquées. Nous avons donc eu recours à deux méthodes, l’enquête ethnographique et l’entretien sociohistorique. Avec l’enquête ethnographique, nous avons pu appréhender le vécu des créatrices à partir d’une immersion dans leur univers. Pour cela, des entretiens non directifs ont été menés dans le cadre de l’inventaire des archives que les autrices déposent dans un centre de conservation spécifique : les Archives du Féminisme, à Angers, pour les autrices se revendiquant féministes ; les Archives départementales de l’Ille-et-Vilaine, pour les autres participantes. La première édition de ce projet (2021-2022), comptait avec la participation de Johanna Schipper, de Vanyda Savatier, de Marie Bardiaux-Vaïente, de Coline Picaud, de Claire Bouilhac et de Catel Muller.

Ces entretiens ont été menés auprès de ces autrices, par moi-même (5) et par Maëlys Tirehote-Corbin (1), suivant les conseils de Bénédicte Grailles (archiviste à l’université d’Angers). Nous avons procédé à une approche ethnographique participative (observation et accompagnement dans la sélection d’archives). Le protocole était assez souple à ce niveau, car il s’agissait d’accompagner les créatrices dans le choix de leurs archives. Les sources sont diverses : des planches, des carnets de projet, des découpages, des crayonnés, des correspondances, les dossiers de leurs parcours académiques, des supports de communication des événements auxquels elles ont participé, des photos, etc. Nous expliquions les enjeux du projet et proposions une série de catégories qui aidait à faire le choix des archives à déposer : vocation, formation ou autodidaxie, premiers pas dans la carrière, réseaux, éventuels engagements et contemporanéité. Ces propositions de catégories visaient à appréhender l’évaluation des sources et leur intérêt sociohistorique. Elles devaient conduire à saisir l’identité de la créatrice, son travail, le contexte dans lequel elle a évolué et la manière dont elle, en tant qu’individu, s’inscrit dans cet ensemble. Ensuite, nous observions leur démarche (tri et sélection), et nous en profitions pour poser des questions en lien avec leurs récits de vie. Deux à trois rendez-vous ont été programmés avec chaque autrice, dont la durée oscillait entre deux et quatre heures chacun.

La deuxième phase du protocole partait de l’expérience de ces réunions pour esquisser un guide d’entretien servant de base à la collecte de cette histoire orale. C’était une occasion pour interroger les pratiques et savoirs de ces créatrices au travers de récits extrospectifs51. Cette phase, qui se déroulait durant le séminaire « Matrimoine de la BD », visait à collecter l’histoire orale des créatrices afin de témoigner de leurs voix, de leurs regards et de leurs histoires. Nous avons décidé d’organiser le séminaire en deux temps : les discussions scientifiques ont été diffusées en direct sur la chaine des Bréchoises hébergée par la plateforme YouTube52, la collecte de l’histoire orale était accessible uniquement à l’équipe organisatrice, à l’intervenant-e scientifique et au caméraman de l’ArTeC (David Ledoux).

Illustration 6. Archives de Johanna Schippers exposées dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », séance du 15 octobre 2021

Image 10000000000006000000080095857A2B.jpg

https://www.mshparisnord.fr/event/exposition-paroles-dautrices/2022-05-13/

Illustration 7. Une partie des archives de Colline Picaud, dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », séance du 18 février 2022

Image 100000000000060000000800124A965A.jpg

https://groups.google.com/g/sociologuesdelenseignementsuperieur/c/4aJGuJTTOh4De

l’articulation de deux méthodes empiriques (l’enquête ethnographique et l’entretien sociohistorique), nous tenions à faire émerger une analyse contextuelle complète des créatrices de BD en tant que groupe social. En effet, en documentant leurs expériences, on peut aussi interroger autrement l’histoire de la BD et l’histoire culturelle française. Mais, toute démarche scientifique a ses limites et ses difficultés, et pour ce projet, cela était lié aux processus logistiques et à l’adhésion des personnes concernées. Tout d’abord, si les créatrices sont conscientes de l’importance de cette mise en mémoire, elles peuvent aussi être réfractaires à leur participation à ce type de démarche. Un cas qui permet d’illustrer cette situation est celui d’une des autrices les plus prolifiques de la BD française qui, après deux longs entretiens, décide de se retirer du projet, car elle considère que si son œuvre peut être une source, sa vie, en revanche, ne l’est pas. Le travail à partir d’archives personnelles s’avère aussi délicat pour des raisons éthiques, puisque comme se demande Françoise Hiraux, « à quelles conditions et sous quel rapport, la parole d’une personne peut devenir le patrimoine des autres ? » (2013 : 19).

Nous tenions à tracer des ponts entre les expériences communes aux enquêtées, et pour éviter des rapprochements indus, l’approche extrospective a été choisie. Cette approche permet de passer par une lecture latitudinale qui rendrait « intelligible une biographie individuelle à partir des grandes épreuves sociétales qui la forgent »53. La dernière limite du projet des Bréchoises concerne sa réalité matérielle. L’accueil des participant-e-s et des partenaires du séminaire « Matrimoine de la BD » témoigne de sa nécessité. Toutefois, la pérennisation d’un tel projet ne peut pas reposer sur des projets doctoraux ni sur des financements éphémères, ce qui implique la restructuration de son organisation.

Conclusion

Observer différentes sources archivistiques (dont certaines en cours de production) permet d’interroger la construction de l’histoire socioculturelle, avec ses points aveugles, ses sélections et ses préconçus normés. Accepter que l’héritage de la bande dessinée se soit construit sur la base d’un canon et d’archives répondant aux logiques sociopolitiques d’un contexte donné, conduit à saisir le paradigme des savoirs et des savoir-faire ignorés ou occultés. C’est alors que l’élaboration de stratégies de recherche et d’action visant à remédier aux problèmes de reconnaissance expérimentés par les créatrices de BD se présente comme un enjeu majeur. Constituer un fonds d’archives consacré aux femmes dans la bande dessinée ne va pas résoudre les problèmes matériels des bédéastes, c’est-à-dire ceux qui sont en lien avec la distribution économique dans ce secteur. Cependant, ce projet permet de rendre compte du rôle joué par les femmes dans la bande dessinée. Un fonds d’archives et une nouvelle documentation peut ne pas résoudre les problèmes structurels de genre, mais permet de valoriser un matrimoine méconnu. Ainsi, réfléchir à la sauvegarde de l’histoire de ces créatrices fait émerger des questionnements sur la dimension sociopolitique des archives, puisqu’elles « sont à la fois un enjeu et un construit : enjeu de pouvoir, d’histoire et de mémoire, dès leur constitution et dans l’histoire »54. Enfin, il est intéressant de noter que la reconstitution du matrimoine de la BD est une perspective pour la recherche scientifique, puisqu’en construisant un vivier des sources à potentialité historique, on contribue à consolider l’héritage neuvième art.

1 La reconnaissabilité est une notion qui renvoie aux caractéristiques qui permettent de rendre quelque chose ou quelqu’un-e reconnaissable. À ce

2 Comme Les Humanoïdes Associés ou L’Association.

3 Tels Tintin, Spirou ou Corto Maltese.

4 Comme Pilote, (À suivre), Métal Hurlant ou Ah ! Nana.

5 Sylvain Lesage a récemment fait référence à ce phénomène dans un état de l’art : Sylvain Lesage, « Bande dessinée et histoire. De l’histoire des

6 L’exposition « Maîtres de la bande dessinée européenne », organisée en 2001 par la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la

7 Cf. : Benoît Berthou (dir). « La bande dessinée : un ‘‘art sans mémoire’’ ? », Comicalités (2011 à 2017). https://journals.openedition.org/

8 Les mémoires de Blanche Delaborde et de Berenice Motais de Narbonne, ainsi que la thèse de Jessica Kohn (soutenue en 2018, publiée en 2022), ont

9 D’ailleurs, on pourrait évoquer le travail de Marie Duval au XIXe siècle et même des imagiers dont les scénarios ont été conçus par Marie

10 Caricaturiste et dessinatrice de presse, Gerda Wegener publiait régulièrement pour des journaux tels que Le Rire ou La Baïonnette. On peut suivre

11 Pratique d’autres formes de création comme l’illustration ou la peinture, où ces créatrices évoluent amplement, serait l’une de ces raisons. Les

12 Cf. Marys Renné Hertiman, « ‘‘Il n’y a pas des liens entre la notoriété des femmes et [leurs] traces…’’. Entretien avec Isabelle Bastian-Dupleix et

13 Ibid.

14 Cf. : Stéphanie Urdician, « Patrimonio/Matrimonio. El legado cultural en una perspectiva de género », communication au XVI Congreso Internacional

15 “La desaparición de la palabra invisibiliza el papel de la mujer en los procesos de transmisión económica y simbólica excluyéndola de la esfera del

16 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990, thèse d’histoire

17 Richard Medioni, Françoise Bosquet et Mariano Alda (dir.), « Mon camarade », « Vaillant », « Pif gadget » l’histoire complète : 1901-1994 : les

18 Voir note 11.

19 Michèle Le Doeuff, Le Sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10. Voir aussi Christine Détrez, « L’Exclusion genrée, un jeu à trois manches »

20 La charge d’un travail alimentaire, la maternité ou les micro-agressions sexistes sont quelques-unes des raisons qui conduisent à l’abandon de la

21 Cité dans : Gilles Ciment, « Femmes dans la bande dessinée, des pionnières à l’affaire d’Angoulême (8/12) : Angoulême, acte 2, les “‘nhomminations”

22 Cf. Pierre Nocerino, Les Auteurs et autrices de bande dessinée : la formation contrariée d’un groupe social, thèse en sociologie dirigée par Cyril

23 Dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai travaillé les sources suivantes : site du collectif BDégalité ; de l’ancienne librairie Lambiek ; de

24 Les 41 dessinatrices qui composaient le corpus de la thèse de Jessica Kohn sont : Aliette, André Suzanne, Berthélémy Martine, Bertier Françoise

25 Personnes ayant participé à une publication durant trois ans minima et qui semblaient en faire leur source principale de revenus.

26 J’utilise ici l’expression de Michel Foucault qui servirait à explorer, de manière hétérogène et fragmentée, l’évolution des pratiques et des

27 L’un des liens les plus évidents étant celui qui celui avec les médias, comme en témoignent les publications de bandes dessinées dans la presse

28 Approche méthodologique permettant de tracer la biographie collective d’un groupe social. Cf. : Pierre-Marie Delpu. « La prosopographie, une

29 Luca Paltrinieri définit l’archéologie horizontale ou foucaldienne comme une « enquête comparative et historique sur les espaces de possibles

30 Je fais ici une distinction entre ces deux démarches, puisque l’effacement ou la négligence des sources concerne différents types de populations :

31 La visibilité de ces femmes est encore au cœur de leurs luttes pour la reconnaissance. Faire leur histoire en mobilisant leur mémoire, leurs

32 Marie Pape-Carpantier était une pédagogue féministe née à La Flèche le 10 septembre 1815 et décédée à Villiers-le-Bel le 31 juillet 1878. Son

33 Syndicat National des Artistes Dessinateurs, puis le Syndicat National des Peintres-illustrateurs (SNPI) aujourd’hui Union Nationale des

34 Blanche Dumoulin, autrice de BD née en 1885 en Belgique. Elle travaille régulièrement en France et finit par s’y installer vers 1938, où elle

35 Joëlle Savey (secrétaire générale du Syndicat national des dessinateurs de presse – SNDP dans les années 1970), Jeanne Puchol, et plus récemment

36 Les activités hors création de Joëlle Savey (entre 1972 et 1984) ou de Christelle Pécout (depuis les années 2010) rendent compte de leur

37 Voir note 21.

38 « Sur les 37 ouvrages imposés dans des cours de BD, 3 ont été écrits par des femmes (Cestac, Bretécher et Goetzinger) ». Maëlys Tirehote-Corbin

39 Bien que le cadre et la problématique de cet article ne permettent pas de développer la question de l’évincement d’autres espaces, il convient tout

40 Entretien téléphonique réalisé le 7 mars 2022, dans le cadre de ma thèse.

41 Entretien du 11 août 2019, dans le cadre de ma recherche doctorale, réalisé au domicile de l’autrice.

42 Entretien réalisé dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », le 19 novembre 2020.

43 Entretien réalisé dans le cadre de ma recherche doctorale, au domicile de l’autrice, le 10 février 2021.

44 Cf. : « Sonja Hopf, quelques gouttes échappées du fleuve ». Entretien avec Frédéric Pajak, s.d. (https://sonjahopf.fr/entretiens/, consulté le 20

45 Voir notamment : Virginie Virginie, « Le Magazine Ah ! Nana : une épopée féministe dans un monde d’hommes ? », Clio. Histoire, femmes et sociétés

46 Catherine Beaunez, Nicole Claveloux, Jeanne Puchol, « Les Dessinatrices oubliées », Le Monde, 8 février 1988 (https://www.lemonde.fr/archives/

47 Sophie Bonadè (doctrice en LEA), Johanna Schipper (créatrice, enseignante et doctorante à l’université Bordeaux Montaigne), Maëlys Tirehote (

48 Ce grand fonds est constitué par les fonds individuels des différentes créatrices ayant participé au projet. Déposée dans deux lieux de

49 L’EUR ArTeC, la MSH Paris Nord, la Bibliothèque nationale de France, l’association EFiGiES, l’association La Brèche, l’association Archives du

50 Collecte de leur histoire orale, documents sonores ou audiovisuels, production bédéïste, carnets ou des journaux intimes et des documents tels des

51 Par récit extrospectif, j’entends la notion développée par Danilo Martuccelli qui précise qu’il s’agit d’une « biographie [qui] vise à établir une

52 Seules les interventions autorisées à être maintenues sur la chaîne ont été conservées. URL de la chaîne : https://www.youtube.com/channel/

53 Danilo Martucelli, op. cit., p. 117.

54 Liora Israël, « 8 – L’usage des archives en sociologie », dans Serge Paugam (dir.), L’Enquête sociologique. Paris, PUF, 2012, p. 167-185. DOI : 10.

Bibliography

Florence Descamps, Archiver la mémoire : de l’histoire orale au patrimoine immatériel. Cas de figure 49, Paris, Éditions EHESS, 2019.

Nancy Fraser, Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution, Paris, La Découverte, 2011.

Jessica Kohn, Dessiner des Petits Mickeys, une histoire sociale de la bande dessinée, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2022.

Sylvain Lesage, L’Effet livre. Métamorphoses de la bande dessinée, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2019.

Notes

1 La reconnaissabilité est une notion qui renvoie aux caractéristiques qui permettent de rendre quelque chose ou quelqu’un-e reconnaissable. À ce propos, voir : Haud Guéguen et Guillaume Malochet, Les Théories de la reconnaissance, Paris, La Découverte, 2014, chap. 4, « Critiques du paradigme de la reconnaissance ».

2 Comme Les Humanoïdes Associés ou L’Association.

3 Tels Tintin, Spirou ou Corto Maltese.

4 Comme Pilote, (À suivre), Métal Hurlant ou Ah ! Nana.

5 Sylvain Lesage a récemment fait référence à ce phénomène dans un état de l’art : Sylvain Lesage, « Bande dessinée et histoire. De l’histoire des représentations à l’histoire culturelle », Sociétés & Représentations, vol. 53, n°1, 2022, p. 15-38.

6 L’exposition « Maîtres de la bande dessinée européenne », organisée en 2001 par la Bibliothèque nationale de France et le Centre national de la bande dessinée et de l’image, mettait en valeur 70 dessinateurs et 3 dessinatrices : Claire Bretécher, Tove Jansson et Mary Tourtel.. Cf. : Thierry Groensteen, Maîtres de la bande dessinée européenne : le cahier, cat. expo, Paris, Bibliothèque nationale de France, (10 octobre 2000-7 janvier 2001), Angoulême, Centre national de la bande dessinée, (24 janvier-29 avril 2001), Paris, Bibliothèque nationale de France, Seuil, 2001.

7 Cf. : Benoît Berthou (dir). « La bande dessinée : un ‘‘art sans mémoire’’ ? », Comicalités (2011 à 2017). https://journals.openedition.org/comicalites/198.

8 Les mémoires de Blanche Delaborde et de Berenice Motais de Narbonne, ainsi que la thèse de Jessica Kohn (soutenue en 2018, publiée en 2022), ont permis d’initier un véritable champ de recherche concernant les dessinatrices de bandes dessinées. Pour les travaux en langue étrangère s’intéressant à cette population, voir : Maurice, Horn, Women in the comics, Rev. & Updated, Philadelphia, Chelsea House, 2001 ; Adela Cortijo Talavera, « La bande dessinée française au féminin », dans Dominique Bonnet, Maria José Chaves Garcia et Nadia Duchêne (coord.), Littérature, Langages et Arts : Rencontres et Création, Huelva, Universidad de Huelva Publicaciones, 2007 ; Catriona MacLeod, Invisible Presence: The Representation of Women in French-Language Comics, Bristol (UK), Chicago (USA), Intellect, 2021.

9 D’ailleurs, on pourrait évoquer le travail de Marie Duval au XIXe siècle et même des imagiers dont les scénarios ont été conçus par Marie Pape-Carpantier (voir plus loin) au milieu de ce même siècle.

10 Caricaturiste et dessinatrice de presse, Gerda Wegener publiait régulièrement pour des journaux tels que Le Rire ou La Baïonnette. On peut suivre sa collaboration avec La Baïonnette durant les trois années qu’a duré la guerre.

11 Pratique d’autres formes de création comme l’illustration ou la peinture, où ces créatrices évoluent amplement, serait l’une de ces raisons. Les difficultés à suivre cette carrière ou le choix de ne plus en faire partie (à cause de la mauvaise réputation de la BD, ou d’une vie de famille, par exemple) peuvent être d’autres raisons. Ces hypothèses ne peuvent qu’être spéculatives, mais soulignent le contexte socioculturel de l’époque.

12 Cf. Marys Renné Hertiman, « ‘‘Il n’y a pas des liens entre la notoriété des femmes et [leurs] traces…’’. Entretien avec Isabelle Bastian-Dupleix et Caroline Raynaud, commissaires de l’exposition C. Meurisse (BPI) », L’Exporateur littéraire, 21 octobre 2020 (https://www.litteraturesmodesdemploi.org/entretien/il-ny-a-pas-des-liens-entre-la-notoriete-des-femmes-et-leurs-traces-entretien-avec-isabelle-bastian-dupleix-et-caroline-raynaud-commissaires-de-lexposition, consulté le 29 juin 2022).

13 Ibid.

14 Cf. : Stéphanie Urdician, « Patrimonio/Matrimonio. El legado cultural en una perspectiva de género », communication au XVI Congreso Internacional ABRALIC, « Circulação, tramas & sentidos na Literatura », Brésil, Brasilia, 15-19 juillet 2019 (https://matrimoine.art/stephanie-urdician/publications).

15 “La desaparición de la palabra invisibiliza el papel de la mujer en los procesos de transmisión económica y simbólica excluyéndola de la esfera del poder y de la cultura oficial. Uno de los puntos de inflexión en la historia de la desaparición del legado de las mujeres (en el sentido jurídico, político y cultural) es la ruptura (material y simbólica) de la genealogía materna, característica común de todas las sociedades patriarcales” (ibid., p. 4).

16 Sylvain Lesage, L’Effet codex : quand la bande dessinée gagne le livre. L’album de bande dessinée en France de 1950 à 1990, thèse d’histoire, Université Versailles Saint-Quentin-En-Yvelines (UVSQ), 2014. (p. 126-142) ; Thierry Groensteen, La Bande dessinée, son histoire et ses maîtres, op. cit. Pour la version en ligne, voir l’article « Les Histoires en images, des origines à 1914 – partie 4 », s.d., URL : www.citebd.org/spip.php ?article10383 et l’article paru sur le site bd-nostalgie.org présentant une « Brève histoire de la S.P.E. », URL : http://www.bd-nostalgie.org/DIVERS/01_histoire.htm.

17 Richard Medioni, Françoise Bosquet et Mariano Alda (dir.), « Mon camarade », « Vaillant », « Pif gadget » l’histoire complète : 1901-1994 : les journaux pour enfants de la mouvance communiste et leurs BD exceptionnelles, Pargny-la-Dhuys, Vaillant collector, 2012.

18 Voir note 11.

19 Michèle Le Doeuff, Le Sexe du savoir, Paris, Alto Aubier, 1998, p. 10. Voir aussi Christine Détrez, « L’Exclusion genrée, un jeu à trois manches », dans Sylvie Octobre, Frédérique Patureau (dir.), Normes de genre dans les institutions culturelles, Paris, La Documentation française, 2018.

20 La charge d’un travail alimentaire, la maternité ou les micro-agressions sexistes sont quelques-unes des raisons qui conduisent à l’abandon de la carrière ou au changement de domaine (se consacrer au secteur jeunesse plutôt qu’à celui de la BD). Le site du Collectif des créatrices de BD contre le sexisme a recensé plusieurs témoignages (la plupart anonymisés) sur les systématismes liés au genre dans le monde de la BD (https://bdegalite.org/temoignages/, consulté le 29 juin 2022).

21 Cité dans : Gilles Ciment, « Femmes dans la bande dessinée, des pionnières à l’affaire d’Angoulême (8/12) : Angoulême, acte 2, les “‘nhomminations”’ pour le Grand Prix », Association Artémisia, 18 janvier 2017 (URL : www.assoartemisia.fr/femmes-dans-la-bande-dessinee-angouleme-acte-2-nhomminations-grand-prix/, consulté le 29 juin 2022).

22 Cf. Pierre Nocerino, Les Auteurs et autrices de bande dessinée : la formation contrariée d’un groupe social, thèse en sociologie dirigée par Cyril Lemieux, Paris, EHESS, 2020.

23 Dans le cadre de ma recherche doctorale, j’ai travaillé les sources suivantes : site du collectif BDégalité ; de l’ancienne librairie Lambiek ; de la thèse de Jessica Kohn ; des catalogues Gallica, BDgest, de la revue Topfferianna, les bases de données du Musée de l’image (Épinal), du Dictionnaire mondial de la BD (Gaumer) ; des sites bd-anciennes.com, bdoubliees.com et http://nouvellesuzette.canalblog.com ; mais encore du Dictionnaire des illustrateurs : 1905-1965 (Ides et Calendes éditions, 2001).

24 Les 41 dessinatrices qui composaient le corpus de la thèse de Jessica Kohn sont : Aliette, André Suzanne, Berthélémy Martine, Bertier Françoise, Boland Josette, Bourdin Marie, Bouret Germaine, Bretécher Claire, Christen Liliane de, Constant Nicole, Dargier Jacqueline, Deletaille Albertine, Deleuil Simone, Dodibert Simone, Duché Jacqueline, Ferrier Michelle, Follet Edith, Forster Nadine, Funcken Liliane, Hallé Camille, Hardy Marie, Hermet Madeleine, Hopf Sonja, Hot Tessa, Hugon Anne, Iessel Manon, Ivanovskaia Élisavieta, Janvier Janine, La Plane Agnès, La Selve Simone, Lagarde Luce Andrée, Lay Janine, Ledoux Line, Marchal Claire, Markova Nina, Millon Élise Denise, Pécourt Marie, Séligmann Lui, Soleillant Claude, Vallée Geneviève et Voisin Solange.

25 Personnes ayant participé à une publication durant trois ans minima et qui semblaient en faire leur source principale de revenus.

26 J’utilise ici l’expression de Michel Foucault qui servirait à explorer, de manière hétérogène et fragmentée, l’évolution des pratiques et des savoirs. Sur l’archéologie foucauldienne, voir : Luca Paltrinieri, « Archéologie », Le Télémaque, 2015/2 (n°48), p. 15-30. DOI : 10.3917/tele.048.0015. URL: https://www.cairn.info/revue-le-telemaque-2015-2-page-15.htm. Consulté le 27 février 2022.

27 L’un des liens les plus évidents étant celui qui celui avec les médias, comme en témoignent les publications de bandes dessinées dans la presse illustrée ; les revendications des dessinateurs pour avoir la carte d’identité des journalistes professionnels (cf. Kohn, 2022) ; l’apparition des strips dans les revues féministes (Le Torchon brule, Les Pétroleuses), l’essor de la BD de reportage ou plus encore la réapparition des revues illustrées (XXI, La Revue Dessinée, La Déferlante). Éric Maigret et Matteo Stefanelli (2009) ont d’ailleurs réuni des travaux portant une réflexion sur la considération de la BD comme une médiaculture à part entière, par son histoire, sa fonction et son fonctionnement.

28 Approche méthodologique permettant de tracer la biographie collective d’un groupe social. Cf. : Pierre-Marie Delpu. « La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale », Hypothèses, vol. 18, no1, 2015, p. 263-274.

29 Luca Paltrinieri définit l’archéologie horizontale ou foucaldienne comme une « enquête comparative et historique sur les espaces de possibles discursifs nichés dans notre présent », op. cit.

30 Je fais ici une distinction entre ces deux démarches, puisque l’effacement ou la négligence des sources concerne différents types de populations : les peuples autochtones, la communauté LGBTQ+, des groupes racisés, entre autres.

31 La visibilité de ces femmes est encore au cœur de leurs luttes pour la reconnaissance. Faire leur histoire en mobilisant leur mémoire, leurs paroles, leurs voix, leurs visages, leurs gestes et leurs attitudes, permettrait de restituer cette histoire, de la manière la plus juste possible.

32 Marie Pape-Carpantier était une pédagogue féministe née à La Flèche le 10 septembre 1815 et décédée à Villiers-le-Bel le 31 juillet 1878. Son travail portait sur l’éducation de très jeunes enfants, mais défendait aussi l’éducation des femmes. Sur ce sujet, elle livre plusieurs conférences et devient même la première conférencière à la Sorbonne. Le Musée de l’image d’Épinal montre plusieurs estampes où l’on retrouve ses histoires. Ces estampes sont signées uniquement par Mme Pape-Carpantier et ont été gravées par Louis Scherer ou un certain Maurin (personne dont le prénom n’est pas identité).

33 Syndicat National des Artistes Dessinateurs, puis le Syndicat National des Peintres-illustrateurs (SNPI) aujourd’hui Union Nationale des Peintres-Illustrateurs (UNPI). Le site officiel de l’UNPI retrace la chronologie des actions menées depuis son origine (https://unpi.net/unpi/les-origines-de-lunpi-les-actions/, consulté le 06 mars 2022).

34 Blanche Dumoulin, autrice de BD née en 1885 en Belgique. Elle travaille régulièrement en France et finit par s’y installer vers 1938, où elle décède à l’âge de 80 ans en 1975. Elle ne cesse d’être associée au travail de son époux, le dessinateur Rob-Vel, pour qui elle scénarise même certaines histoires de Spirou, mais on pouvait trouver ses dessins dès 1933 dans Le Dimanche illustré (voir l’illustration 1), ses strips dès 1934 dans le journal Pierrot ou dans Guignol et ses histoires illustrées dans le journal Les Belles Images.

35 Joëlle Savey (secrétaire générale du Syndicat national des dessinateurs de presse – SNDP dans les années 1970), Jeanne Puchol, et plus récemment Christelle Pécout et Gaëlle Hersent (vice-présidente et représentante auteurices du SNAC-BD, respectivement).

36 Les activités hors création de Joëlle Savey (entre 1972 et 1984) ou de Christelle Pécout (depuis les années 2010) rendent compte de leur implication en vue des intérêts collectifs de la profession.

37 Voir note 21.

38 « Sur les 37 ouvrages imposés dans des cours de BD, 3 ont été écrits par des femmes (Cestac, Bretécher et Goetzinger) ». Maëlys Tirehote-Corbin, Enquête en école de bande dessinée. La fabrique des créateurices, un apprentissage genré ?, mémoire de Master, sous la direction de Delphine Naudier, Paris, EHESS, 2019, p. : 47-48.

39 Bien que le cadre et la problématique de cet article ne permettent pas de développer la question de l’évincement d’autres espaces, il convient tout de même de signaler que cette situation est symptomatique d’un problème plus vaste puisque les travaux de vulgarisation semblent subir le même sort.

40 Entretien téléphonique réalisé le 7 mars 2022, dans le cadre de ma thèse.

41 Entretien du 11 août 2019, dans le cadre de ma recherche doctorale, réalisé au domicile de l’autrice.

42 Entretien réalisé dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », le 19 novembre 2020.

43 Entretien réalisé dans le cadre de ma recherche doctorale, au domicile de l’autrice, le 10 février 2021.

44 Cf. : « Sonja Hopf, quelques gouttes échappées du fleuve ». Entretien avec Frédéric Pajak, s.d. (https://sonjahopf.fr/entretiens/, consulté le 20 février 2022).

45 Voir notamment : Virginie Virginie, « Le Magazine Ah ! Nana : une épopée féministe dans un monde d’hommes ? », Clio. Histoire, femmes et sociétés, vol. 24, no. 2, 2006, p. 251-272, et Blanche Delaborde, Le Magazine Ah ! Nana (1976-1978), mémoire de Master, dirigé par Nicolas Bourguinat, Université de Strasbourg, 2005. Voir aussi : Montserrat Terrones, « Chantal Montellier y Ah ! Nana. El debut del feminismo en el cómic Europeo », Cuadernos Del Centro De Estudios De Diseño Y Comunicación, nº 123, décembre 2020 (https://doi.org/10.18682/cdc.vi123.4413).

46 Catherine Beaunez, Nicole Claveloux, Jeanne Puchol, « Les Dessinatrices oubliées », Le Monde, 8 février 1988 (https://www.lemonde.fr/archives/article/1998/02/08/les-dessinatrices-oubliees_3651458_1819218.html, consulté le 29 juin 2022).

47 Sophie Bonadè (doctrice en LEA), Johanna Schipper (créatrice, enseignante et doctorante à l’université Bordeaux Montaigne), Maëlys Tirehote (doctorante en sociologie à l’université de Lausanne), Laura Caraballo (commissaire d’expositions), Marie-Paule Noël (éditrice et traductrice) et moi-même. À propos de la genèse du projet des Bréchoises cf. : Marys Renné Hertiman, « Provoquer des archives et invoquer la mémoire », GLAD !, 11 | 2021, 20 décembre 2021. DOI : https://doi.org/10.4000/glad.3272.

48 Ce grand fonds est constitué par les fonds individuels des différentes créatrices ayant participé au projet. Déposée dans deux lieux de conservation distincts (Archives du féminisme et Archives Départementales de l’Ille-et-Vilaine), une base de données numérique permettra de consulter ces inventaires dès 2024.

49 L’EUR ArTeC, la MSH Paris Nord, la Bibliothèque nationale de France, l’association EFiGiES, l’association La Brèche, l’association Archives du Féminisme, les Archives départementales de l’Ille-et-Vilaine, l’université Paris 8, l’université Paris Nanterre, l’université Bordeaux Montaigne, le LEGS/CRNS ainsi que les laboratoires EXPERICE (université Paris 8) et TEMOS (université d’Angers).

50 Collecte de leur histoire orale, documents sonores ou audiovisuels, production bédéïste, carnets ou des journaux intimes et des documents tels des photographies, des coupures de journaux, des documents attestant d’un éventuel engagement politique, etc.

51 Par récit extrospectif, j’entends la notion développée par Danilo Martuccelli qui précise qu’il s’agit d’une « biographie [qui] vise à établir une relation particulière entre l’histoire de la société et l’expérience de l’individu, à comprendre les singularités à partir des enjeux communs propres à un mode historique d’individuation ». Danilo Martucelli, « Qu’est-ce qu’une biographie extrospective  ? », dans Christophe Niewiadomski, Christine Delory-Momberger, La Mise en récit de soi  : Place de la recherche biographique dans les sciences humaines et sociales, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, p. 116.

52 Seules les interventions autorisées à être maintenues sur la chaîne ont été conservées. URL de la chaîne : https://www.youtube.com/channel/UCn96PapX0h5XbRrg9tA95eA/channels.

53 Danilo Martucelli, op. cit., p. 117.

54 Liora Israël, « 8 – L’usage des archives en sociologie », dans Serge Paugam (dir.), L’Enquête sociologique. Paris, PUF, 2012, p. 167-185. DOI : 10.3917/puf.paug.2012.01.0167.

Illustrations

Illustration 1. Gerda Wegener, « L’origine du zeppelin », Le Rire : journal humoristique, 17 juillet 1915

Illustration 1. Gerda Wegener, « L’origine du zeppelin », Le Rire : journal humoristique, 17 juillet 1915

Illustration 2. Louise Ibels, sans titre, La Baïonnette, 7 juillet 1917

Illustration 2. Louise Ibels, sans titre, La Baïonnette, 7 juillet 1917

Illustration 3. Marie Pape-Carpantier, Les deux servantes, estampe de 1864 illustrée par Louis Scherer. Recueil d’Images d’Épinal de la Maison Pellerin

Illustration 3. Marie Pape-Carpantier, Les deux servantes, estampe de 1864 illustrée par Louis Scherer. Recueil d’Images d’Épinal de la Maison Pellerin

Illustration 4. Davine, « L’incendie ou l’art de faire disparaître les restes », Dimanche illustré, 12 novembre 1933

Illustration 4. Davine, « L’incendie ou l’art de faire disparaître les restes », Dimanche illustré, 12 novembre 1933

Illustration 5 : Éditorial et sommaire du premier numéro de la revue Ah ! Nana, octobre 1976

Illustration 5 : Éditorial et sommaire du premier numéro de la revue Ah ! Nana, octobre 1976

Illustration 6. Archives de Johanna Schippers exposées dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », séance du 15 octobre 2021

Illustration 6. Archives de Johanna Schippers exposées dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », séance du 15 octobre 2021

Illustration 7. Une partie des archives de Colline Picaud, dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », séance du 18 février 2022

Illustration 7. Une partie des archives de Colline Picaud, dans le cadre du séminaire « Matrimoine de la BD », séance du 18 février 2022

References

Electronic reference

Marys Renné Hertiman, « Penser l’héritage des femmes dans le 9e art français  », Revue d’histoire culturelle [Online],  | 2022, Online since , connection on 03 février 2023. URL : http://revues.mshparisnord.fr/rhc/index.php?id=3377

Author

Marys Renné Hertiman

Doctorante en information et communication (Université Paris 8). Parmi ses publications : « Réseaux d’autrices de BD en France », GLAD ! n°13/2022, « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins/queer », juillet 2022 ; « La valorisation du travail des femmes dans la bande dessinée : entre médiation, remédiation et mobilisation », RELIEF – Revue Électronique de Littérature française, 14(2), décembre 2020.