Logo du site de la Revue d'informatique musicale - RFIM - MSH Paris Nord

« Je, tu, nous, vous »
Luigi Nono et Ingeborg Bachmann : Pensée, guerre et écriture

Nathalie Ruget
mai 2011

Résumés   

Résumé

« Je, tu, nous, vous » est extrait du poème Keine Delikatessen d’Ingeborg Bachmann sur lequel sont construites en partie les « Résonances » de Luigi Nono (Risonanze erranti, 1985-87). Le compositeur, qui a rencontré l’écrivaine à plusieurs reprises, évoque ici les fragments interrogatifs de cette dernière poésie dans laquelle elle questionne l’acte d’écriture. « Devrai-je faire prisonnière une pensée, la conduire dans la cellule éclairée d’une phrase ? […] Faudra-t-il […] déchirer le papier […] détruisant ainsi : je, tu, il, elle, ça, nous, vous ? ». Le poème, mis en résonance avec l’écriture de Herman Melville (essentiellement Battlepieces and Aspects of the War) ainsi qu’avec les « échos » textuels et musicaux de Machaut, Desprez et Ockeghem, explore la nature de l’articulation entre pensée et écriture, entre individu et société ou soi et autrui, l’identité et le rôle complexe de l’artiste dans une société habitée par la violence, les rapports de domination et la guerre.

Abstract

“Je, tu, nous, vous” (I, you, we) is an excerpt from the poem by Ingeborg Bachmann entitled Keine Delikatessen, which Luigi Nono partly drew on when composing “Resonances” (Risonanze erranti, 1985-87). Nono had met Bachmann several times, and the work evokes passages in the poem that question the act of writing. “Should I imprison a thought, lead it into the lighted cell of a sentence? [...] Will I have to […] tear up the paper [...] thus destroying: I, you, he, she, it, we?”. The poem, interwoven with writings by Herman Melville (mainly Battlepieces and Aspects of the War) as well as with textual and musical “echoes” of Machaut, Desprez and Ockeghem, explores the link between thought and writing, individual and society, i.e. oneself and others. It raises the question of the artist’s identity and complex role in a society imbued with violence, domination and war.

Index   

Texte intégral   

« Cet été le miel est resté sur les fleurs »1.

« Si j’avais été muette comme la marche de pierre fidèle au soleil et qui ignore sa blessure cousue de lierre, si j’avais été enfant comme l’arbre blanc qui accueille les frayeurs des abeilles, […] »2.

1« Je, tu, nous, vous » est extrait du poème Keine Delikatessen (1963)3 d’Ingeborg Bachmann sur lequel sont construites en partie les « Résonances » de Luigi Nono (Risonanze erranti4, 1985-87). Le compositeur, qui a rencontré l’écrivaine à plusieurs reprises, évoque ici les fragments interrogatifs de cette dernière poésie dans laquelle elle questionne l’acte d’écriture. « Devrai-je faire prisonnière une pensée, la conduire dans la cellule éclairée d’une phrase ? […] Faudra-t-il […] déchirer le papier […] détruisant ainsi : je, tu, il, elle, ça, nous, vous ? ». Le poème est mis en résonance avec l’écriture de Herman Melville dans les Battlepieces and Aspects of the War, notamment Misgivings (1860), Apathy and Entusiasm (1860-1861), et The Conflict of Convictions (1860-1861) ainsi qu’avec les « échos » textuels et musicaux de Guillaume de Machaut (Lay de Plour à une seule voix), Josquin Desprez (Adieu mes amours à quatre voix, dont la voix de ténor est reprise par Nono) et Johannes Ockeghem (Malheur me bat à trois voix).

2À travers un processus de résonances musicales, littéraires et philosophiques, Nono explore la nature de l’articulation entre pensée et écriture, entre individu et société ou soi et autrui, l’identité et le rôle complexe de l’artiste dans une société habitée par l’ « écho des vieilles batailles », la violence, les rapports de domination et la guerre. Bachmann comme Nono n’ont eu de cesse de construire une parole qui redonne du lien entre « je » et « vous ». Ces résonances « mouvantes » sont une mise en abîme et une mise en perspective dans lesquelles le temps et la mémoire sont un paramètre prépondérant.

Des esquisses franco-flamandes aux textes de Melville : Risonanze erranti ou la recherche des formants sémantiques d’un Adieu du “Je”

3Dans une première phase d’élaboration, les esquisses5 de Nono pour Risonanze erranti portent déjà le projet d’un travail sur la mémoire (lié à la double thématique de l’adieu et de la mort) et par là-même sur la construction d’un « Je » compositionnel multiple.

4Rédigées à Venise, elles montrent essentiellement une recherche sur des intervalles mélodiques et des motifs rythmiques issus de trois « échos » franco-flamands6 (si l’on considère que Machaut est le précurseur de l’école franco-flamande). Nono rend aussi un hommage à Maderna dans l’écho d’Ockeghem : « la présence de Bruno, que j’ai cherché à symboliser avec Malheur me bat, en souvenir de mon travail avec Bruno et Scherchen sur les chants franco-flamands »7.

5La pièce de Josquin est construite sur un mode de sol avec la teneur , la pièce d’Ockeghem sur un mode de mi avec la teneur si, et celle de Machaut un mode de fa. Nono se centre sur l’intervalle de quinte (sol-ré de Josquin, la-mi d’Ockeghem), de quarte, et de triton (mi-sib de Machaut). Le troisième « écho » de Josquin présente au tuba et à la voix l’ensemble du motif originel d’ « Adieu mes amours » : sol-sib-la-sol-ré.

6Les trois compositeurs sont eux-mêmes mis en écho à travers ces intervalles communs et une prédominance des notes mi, fa et si (utilisations de la seconde mineure mi fa, la quinte mi si, et le triton fa si).

7Il s’agit donc d’une première mise en abîme à travers le motif récurrent de l’Adieu : d’une part un adieu sous forme d’appel à la musique franco-flamande qui est aussi un hommage posthume à Maderna et d’autre part, une mise en écho de ces compositeurs entre eux. La référence franco-flamande symbolique de l’Adieu est en fait relativement abstraite dans la pièce. Elle apparaît essentiellement de manière intervallique, nous l’avons évoqué, ou de manière rythmique. Les contretemps sont privilégiés ainsi que le rebond brève-longue et le rythme croche pointée-double (qui peut être considéré comme une rétrogradation du précédent), dans les parties instrumentales comme dans la partie vocale.

8Les percussions, notamment les cloches sardes, viennent nous rappeler ce motif rythmique franco-flamand tout au long de la pièce : dès le tout début, les bongos en contrepoint à « tempestbursting », les crotales figurant « malheur me bat » (mes. 38 et 39), les bongos et les cloches figurant Machaut sans texte (mes. 133 à 136), les crotales sur « olden times » (mes.175 à 177), bongos et cloches sur « time time time past past past », et seuls en alternance avec « death ».

9Dans la deuxième phase du travail de conception, les résonances se démultiplient pour former un vaste réseau de formants musico-sémantiques. Elles lui permettent de concentrer à la fois un adieu intime et personnel (le « Je » du compositeur appelant ces écrits musicaux passés) tout autant qu’une ré-interprétation vivante d’un ensemble de relations possibles autour de ce groupe compositionnel. Cette stratification d’écritures, rendue intelligible par un nombre d’éléments tant musicaux que littéraires restreint, opère alors non pas une accumulation mais plutôt une diffraction de pensées multiples rendues « collectives » par le prisme de ce « Je » du compositeur ou même pourrait-on dire de l’œuvre dans son entier. En rendant paradoxalement vivante la douloureuse mort qu’il chante par l’intermédiaire de compositeurs aimés et disparus, Nono parvient aussi en quelque sorte à se « recomposer » lui-même.

10D’un point de vue musical, la pièce s’élabore autour de l’idée d’un Liederzyclus8 qui comprend notamment des fragments textuels de Das atmende Klarsein9 et de Prometeo. Nono imagine ainsi quatre Lieder dans le premier cycle : Atmendes pour contralto et tuba, Dasein pour contralto, flûte et tuba, L’infranto pour contralto, flûte, tuba et legno sospeso, et Inquietum pour contralto, tuba, flûte, legno sospeso et crotales.

11Ce cycle est aussi un hommage à Schubert, comme Nono le précise : « il WINTERREISE di F. Schubert, p – fff – ppp – f – ppppppp – fffff nel mio cuore »10. Il s’agit de construire un vaste réseau de résonances textuelles et musicales, une « somme » qui puisse représenter tout ce qui constitue l’œuvre du compositeur. Dans cette perspective, la dimension spatiale du son permet aussi de rendre ces échos de manière exponentielle. Les sons vocaux ou les souffles instrumentaux peuvent se trouver comme régénérés par les sons précédents. Le silence s’articule alors comme écho terminal ou point d’intériorité qui anticipe une nouvelle reconfiguration sonore. Nono crée bien un ensemble de formants sémantiques qui construisent la géométrie multidimensionnelle d’une pièce où sons et mots se mêlent si intimement qu’il n’y a plus à proprement parler de différences entre eux.

12En ce sens, le travail intervallique qui a préparé la pièce a une véritable fonction poétique et métaphorique. Il s’agit de générer une écoute qui puisse être une représentation incarnée du son. Le triton (notamment fa si, mais aussi do fa#, la mib, sol# ré, sol do#, sib mi) est omniprésent. Ascendant, il évoque dans des nuances assez fortes la douleur extériorisée (« tempest », « death », « Paincrime »), tandis que la quinte est exprimée de manière plus piano et intérieure (par exemple la double quinte ascendante de « Return » mib sib fa, ou la quinte descendante la ré sur « cold heaven », la magnifique quinte do sol sur « Adieu » notée « addolorato-triste). La seconde mineure, en référence à Gesualdo11est aussi une manière d’osciller, au même titre que les quarts de tons, autour d’une note. Gesualdo, nouvel écho à Josquin, est mentionné dans la partition sur « Adieu mes amours » mesure 289 : « con pianto eterno (Gesualdo) ». La seconde mineure fait aussi un lien entre le triton et la quinte, entre tension et détente. Elle est expression contrastée de violence, de « rage », dans « sweep storming », ou de désespoir dans « nichts mehr », « pain » ou encore sur « adieu » annoté « doloroso wie “Remember me” » en référence à Didon et Enée de Purcell. Les indications de la partition rendent explicites ces caractères. Ainsi, le compositeur note pour les intervalles de quinte dolcissimo (fa# do# de « hope »), lontanissimo Leidenschaft-Dido [souffrance] (sur « pleure »), zweifelnd [en doutant] (do# fa# descendant sur « er ? sie ? »), con stupore (quinte descendante do fa sur « on starry »), fragend innerlich etc. ; pour le triton, wütend, Schrei, grido, etc.

13Sur le plan textuel, la référence à la guerre, à la mort est omniprésente. Elle est aussi symbolique plus globalement de la douleur la plus forte, originelle, celle de la perte de l’être le plus aimé : douleur, isolement ou résistance du « Je » devant l’abandon ou la cruauté des autres hommes. Il y a une imbrication, un « formant » sur la thématique de la mort : la mort de Didon, la mort de l’amour chez les franco flamands, la mort liée à la guerre dans les Battlepieces de Melville, et surtout la propre mort d’Ingeborg Bachmann.

14Dans les indications de la partition, Nono fait référence plusieurs fois à Didon et Enée de Purcell et notamment à Remember me : double appel au passé, le passé musical de Purcell, et la mémoire invoquée douloureusement par le personnage de Didon sur une quarte obstinée décrivant une chute chromatique : « When I am laid in earth, may my wrongs create no trouble in thy breast ; Remember me, but ah ! forget my fate ». Le « ah » de Didon entre aussi en résonance avec les « ah » de Machaut et de Josquin dans le texte de Nono.

15Les textes de Herman Melville oscillent du désespoir à l’ardente espérance, depuis la « tempête qui déferle », le « désert du temps », le « gel », le « froid », le « doute cloîtré », l’ « abîme profond », le « silence », le « désespoir » et la « mort » – à « l’ardent espoir », au « plus bel espoir ». Le temps du passé est évoqué en parallèle au « crime », à la « souffrance », à « l’esclavage ». Les annotations de Nono renforcent la dureté et la force du texte : « avec passion », « avec fureur », « comme un cri », « dur », « avec stupeur », « très dur », « avec souffrance », « enragé », « comme une insulte sans réponse ».

16Les extraits sont parfois donnés de manière rétrograde par rapport au texte original de Melville : par exemple « The cloistered doubt – cold… heaven » ou « stones of ages rear – wind in purpose strong – against the way it drives », figurant le sens même du texte, le « rebours ». Le temps est un désert ; le vent qui « tourbillonne à rebours du sens où il va » permettrait-il de raser les vieilles fondations humaines et de rêver à un « monde meilleur » ? Melville semble évoquer un éternel retour de la souffrance : « le rêve des Fondateurs s’envolera. Age après âge restera ce qu’a été âge après âge (fort du fait que le cœur humain ne change pas) ; et de tous ceux qui luttent, la Mort se chargera ».

Respirations et résonances électroniques

17Dans Risonanze erranti, Nono sépare les épisodes musicaux par des respirations silencieuses de différentes durées, de la simple respiration au point d’orgue de trois, cinq, sept, jusqu’à dix secondes. Quelques rares points d’orgue sont aussi notés sur une note : la première fois que les mots « pain crime » sont chantés, dans une nuance de mf à fff, trois points d’orgue sont notés, de trois, cinq puis neuf secondes ; la dernière fois que le texte dit « pain crime », « pain » est chanté « fragend innerlich » et avec un point d’orgue sur la note si ; sur le deuxième « adieu » de Josquin, se trouvent deux points d’orgues de quatre puis quatorze secondes, puis sur le troisième « adieu », un point d’orgue de huit-dix secondes. Ces respirations, ces points d’orgue « résonnent d’autres sons, vibrent d’autres voix »12. Evoquant les points d’orgue et le chant dans l’écriture de Bellini, Nono confie sa conception d’une fusion subtile entre les dimensions concrète et abstraite de la musique : « On ne sent pas bien, tout du moins selon moi, où commence vraiment la physicité de la vibration et de l’acoustique […] je ne me rends jamais compte où est le corporel et l’incorporel, où est la physicité et où est, au contraire, la pensée »13.

18Les instruments sont mis en écho, auréolés par l’électronique de différentes manières, à travers le halaphon, le delay, la réverbération, l’harmonizer (ici, l’Infernal). Les percussions sont presque systématiquement revisitées par l’Infernal, amplification de l’écho textuel et musical franco-flamand. Les cloches ont fait l’objet de travaux particulièrement poussés au studio de Freiburg, ainsi que l’atteste un document sonore des Archives Nono14. Le choix même de cloches très spécifiques montre l’exigence et la précision de cette recherche. Elles sont souvent jouées en alternance avec la voix. C’est le cas à la mesure 42 sur le « nicht mehr mir » de Bachmann, où les trois syllabes sont traitées par l’harmonizer en alternance avec les cloches et crotales très piano, « comme les palpitations du cœur ». Les percussions sont le cœur résonnant, intime du « moi » en désespoir. Cela sera encore le cas sur le mot « death ». Enfin, sur l’extrait textuel suivant de Bachmann (à partir de « Verzweiflung »), la voix alterne avec le tuba, l’ottavino et les percussions dans un crescendo et une densification instrumentale et électronique, tandis que les derniers mots au contraire font contraster la voix en crescendo, toujours sur le même programme (programme 6 dans la partition), avec les instruments qui se raréfient, de pp à ppppppp.

19La voix et les instruments, notamment le tuba et la flûte, sont mis en résonance grâce au halaphon à certains moments clefs de la pièce : ainsi, pour le premier « adieu », dans un double mouvement mélodique ascendant et descendant, où la voix sonne d’abord au centre de la salle pour ensuite être extériorisée rapidement (programme 8) ; sur le « ahimé » qui précède « and waits », l’effet est saisissant, puisqu’il y a une persistance des premières syllabes qui viennent enrichir la dernière note dans un mouvement lent vers la droite puis vers la gauche. (programme 11). De même sur « pleure » (précédant « pain crime », mes. 109-110), les hauteurs la fa mi se mêlent intimement : le son dans le programme 14 effectue d’abord un lent mouvement vers la droite, puis, arrivé sur le dernier haut-parleur, il cesse de bouger pour être longuement réverbéré. Pour les deuxième et troisième « adieu » (mes. 260-265), l’halaphon démultiplie la référence à Purcell et au souvenir, dans un programme identique au programme 8 dans un premier temps, puis comme dans le programme 14, le mouvement reste statique sur quatre haut-parleurs, formant un majestueux et dense point d’orgue (programme 16). Citons enfin l’ « adieu » évoqué par les crotales et l’ottavino (mes. 319-320) également sublimé par le halaphon.

20L’électronique peut être simplement résonance pure, réverbération de la voix. Sur « ominous silence », la lente quinte descendante ré sol est auréolée par le feedback électronique. La voix sur les « ah » qui précède « wails » s’exprime en miroir : le premier « ah » en forme d’expiration avec de l’air en crescendo, le deuxième en forme d’inspiration en decrescendo. Ce « ah » d’un point de vue purement phonétique est aussi un écho au « a » de « adieu ».

21Dans l’écho instrumental à Bachmann (« soll ich Metapher mit einer »), l’effet sonore électronique est particulièrement intéressant et renforce le contraste entre les deux expressions d’une même référence : dans un premier temps, le tuba et l’ottavino ppp et dans un deuxième temps l’ottavino et les crotales sfffff puis ppppp. Citons enfin le long « unisson » fragmenté (octavié) et résonant sur un unique do# des instruments (tuba, flûte, cloches, crotales, mesures 112 à 122) sur les paroles « and waits but look hark » : « et il/elle attend, mais regarde, prête l’oreille ! », qui précèdent l’évocation des cieux froids et du doute « cloîtré » qui anticipe un unisson à peu près identique, fragmenté entre voix, flûte et tuba sur un do (mes. 281 à 287) sur le texte de Bachmann « Einsehen gelernt Hunger Tränen Finsternis ».

Luigi Nono, Massimo Cacciari et Ingeborg Bachmann : mise en résonances, le“Je” multiple

22Risonanze erranti est un hommage vibrant à Ingeborg Bachmann, même si le texte tiré du poème paraît très court15. Le compositeur n’a gardé que les mots essentiels et nous offre un éloge tout en retenue. Par le choix de cette condensation textuelle, il rend en même temps parfaitement la pensée de Bachmann : désespoir abyssal et ardente espérance, problématique du « Je » et de son isolement, questionnement sur l’acte d’écriture, liberté et emprisonnement.

23Nono a rencontré à plusieurs reprises l’écrivaine16 : le 4 décembre 1953 à Munich avec Wolfgang Hildesheimer, puis à Venise en 1956 où elle rend visite au compositeur et à son épouse. Il l’entend également lors de lectures qu’elle donne en Italie de son essai Was ich in Rom sah und erlebte. Il choisit ici l’un des derniers poèmes qu’elle ait publié de son vivant. Le compositeur donne une nouvelle voix aux « fragments interrogatifs dramatiques de la dernière poésie Keine Delikatessen de Bachmann » et nous dit : « j’entends encore sa voix désespérée dans le dernier fragment de sa vie »17. L’écrivaine y évoque en effet le désespoir, et Nono demande aux interprètes de le retranscrire le mieux possible. Il ajoute pour eux quelques indications sur les extraits du poème : pour « nichts mehr…mir » est indiqué dans la partie de crotales et cloches « dur, comme les palpitations du cœur » ; il est noté aussi « wie Geschrei [comme un cri] », « violento », « fragend ohne Gewissen [questionnant sans conscience] », « innerlich : lieb [intérieur : amour] » sur le premier « Du [toi] », « wie adieu leb wohl » sur le deuxième « Du » (écho aux adieux wagnériens du Tristan), et enfin « zweifelnd » [en doutant] sur « sie [elle] ».

24Les points de rencontre entre Ingeborg Bachmann et Luigi Nono sont multiples. Ils ont tout d’abord en commun une écriture en lien étroit avec la philosophie et le langage. Pour Nono, philosophie, musique et engagement politique fonctionnent ensemble. Presque toutes les pièces des années 1980 notamment seront réalisées en collaboration étroite avec le philosophe Massimo Cacciari. Bachmann de son côté rédige en 1949 une thèse portant sur la réception critique de la philosophie existentielle de Martin Heidegger. Au début des années 1950, elle publie dans d’importantes revues littéraires et philosophiques, notamment sur Robert Musil et sur Ludwig Wittgenstein. Les éditions Suhrkamp lui demandent à la fin des années 1950 un commentaire pour leur édition du Tractatus logico-philosophicus, œuvre qui aura aussi une grande importance pour Nono. En 1963, à Paris, elle essaie de fonder une revue européenne, Gulliver (qui ne verra jamais le jour), en compagnie entre autres de Günter Grass, Uwe Johnson, Martin Walser, Roland Barthes, Michel Butor, Maurice Blanchot, Michel Leiris.

25Massimo Cacciari, né à Venise en 1944, rencontre Nono dans les années 1960 : « À cette époque, Nono était un des représentants les plus importants du Parti Communiste Italien, tandis que nous, nous militions dans la gauche extra-parlementaire. Mais nous nous sommes adressés à lui pour discuter de la revue [Angelus Novus], pour avoir son avis, justement parce qu’il s’agissait d’un intellectuel de grand prestige. À dire vrai, à ce moment-là, Nono fut loin d’être tendre avec les thèses de Benjamin, “freiné” qu’il était sans aucun doute par le poids des catégories du marxisme “orthodoxe”, qui ne voyait pas du tout d’un bon oeil des auteurs de ce genre. Cependant, nos discussions se poursuivirent et devinrent déjà beaucoup plus fructueuses avec un autre texte fondamental de ma formation, L’Ame et les Formes du jeune Lukàcs. À partir de ce moment, mes rapports avec Nono se firent toujours plus intenses, jusqu’à devenir très étroits aux alentours du début des années soixante-dix, au point que, depuis lors, je ne pourrais plus scinder cette aventure intellectuelle de mon œuvre »18. En 1968, Cacciari fonde la revue Contropiano. Il sera ensuite codirecteur de certaines des plus importantes revues culturelles et philosophiques italiennes comme Laboratorio politico ou Il Centauro. Il publie Krisis en 1976 dans lequel il met en regard la philosophie de Nietzsche et de Wittgenstein et les œuvres littéraires de Hoffmannsthal, George, Trakl, et Rilke, ainsi que les musiques de Wagner, Mahler, Schoenberg et Webern : « La “découverte” de ces derniers, du reste, je la dois justement à une série d’auditions décisives, effectuées sous l’égide de Luigi Nono, auquel, à mon tour je fis lire “mes” auteurs viennois et allemands, qu’il ne connaissait pas encore »19. En 1980, dans Adolf Loos e suo Angelo, le philosophe fait référence à la figure de l’ange chez Benjamin, de même que dans L’Angelo necessario, en 1986.

26Depuis le milieu des années 1960, et surtout à partir des années 1970, une relation étroite lie Nono et Cacciari faite de discussions et de lectures communes : « Notre activité quotidienne de lecture, de commentaire et d’écoute se fit très intense, gravitant dès 1976 autour de l’idée, aussi fascinante qu’obsessionnelle, même pour moi, de Prométhée. Il en sortit d’abord un texte, Das atmende Klarsein, dont le titre est inspiré d’un vers de Rilke (véritable “étoile fixe” de notre amitié) »20.

27Pour Cacciari21, la musique de Nono est fondamentalement une interprétation et une transmission d’un texte, ainsi qu’un travail d’expérimentation. De même pour Bachmann, l’écriture doit passer avant tout par l’expérience. Nono cherche à entrer dans l’intimité du son, de ses résonances les plus variées, les plus vivantes, et à retranscrire dans son œuvre la révélation de ces moments d’exploration qui ouvrent à des intersections temporelles et sémantiques proprement merveilleuses :

28« Il y a tant de moments, d’instants qui s’ouvrent, surprenants (« être ici et pleinement », disait Rilke)- le perceptible, qui devient imperceptible et pourtant reste perceptible, l’inexprimable, qui devient exprimable et tout en même temps reste inexprimable, l’invisible qui devient visible et aussi reste invisible, le mutisme qui devient perceptible et reste pourtant toujours mutisme, le silence, qui est plein ou vide de réminiscences ou d’attentes, d’être-maintenant, de vivre-maintenant, d’aimer-maintenant »22.

29Cacciari et Nono, dans leur réflexion sur l’écoute et la liberté, se réfèrent à Wittgenstein, qui à la fin du Tractatus logico-philosophicus décrit l’indicible (littéralement, l’imprononçable) comme le mystique qui se montre : « Il y a assurément de l’indicible. Il se montre, c’est le Mystique »23.

30En 1953, Bachmann évoque, elle, l’indicible en lien direct avec les blessures de la guerre : « Là où la terre allemande noircit le ciel, le nuage cherche des mots et remplit de silence le cratère avant que l’été ne l’entende à travers la pluie clairsemée. L’indicible s’en va, dans un murmure, à travers champs : midi déjà »24.

31Bachmann a affirmé qu’elle aurait aimé être musicienne avant d’être écrivaine. Elle écrit plusieurs livrets pour Hans Werner Henze : le monologue du prince Myschkin pour la pantomime Der Idiot d’après Dostoïevski en 1952, la pièce radiophonique Die Zikaden (les Cigales) en 1954-55, Le Prince de Hombourg en 1958-60, Le jeune Lord en 1964. Henze met aussi en musique les Lieder von einer Insel en 1954 et Nachtstücke und Arien en 1957.

32Si Nono et Henze se sont rencontrés dès 1952 à Darmstadt, la rencontre entre Nono et Bachmann date du 4 décembre 195325. Elle a lieu à Munich en présence de Bruno Maderna et Wolf Rosenberg. Plusieurs lettres conservées aux Archives Nono de Venise montrent leurs échanges au cours des années 195026. Nono possédait aussi plusieurs ouvrages27 de l’écrivaine, notamment les Poèmes28 et les avait annotés. Peut-être imaginait-il alors utiliser la voix de la poétesse dans ses Risonanze erranti. Bachmann appelle de ses vœux Nono pour qu’il participe activement aux débats et rencontres du Gruppe 47 en 1953. Ils ont un projet ensemble autour de la Todesfuge de Paul Celan en 1953 dont elle envoie le texte au compositeur. Ce dernier aurait commencé à y travailler avant d’abandonner l’idée. À l’été 1953, elle s’installe en Italie avec Henze à Ischia, où sont régulièrement invités les Nono, Nuria et Luigi, en 1954 et jusqu’à l’automne 1955. Nono souhaite alors très vivement travailler avec l’écrivaine. Il écrit en 195529 à Henze (nous traduisons) : « Inge Bachmann peut-elle aussi venir à Venise ? J’ai besoin d’elle ! Où est-elle ? Je dois lui parler […] Où est-elle ? Son adresse ? Pourrait-elle venir à Venise en septembre ? ? ! […] ». Elle le retrouve à Venise en août 1956 et évoque cette rencontre dans une lettre adressée à Wolfgang Hildesheimer datée d’août 195630 (nous traduisons) : « À Venise, où […] j’ai rendu visite à oncle Luigi et tante Nuria, qui vont très bien dans leur nouvelle maison, c’était quand même mieux, parce que maintenant on ne parle presque plus qu’allemand là-bas, et que beaucoup […] font là-bas une propagande convenable pour notre culture ».

33Un certain froid s’installe dans leur relation en 1957 après la représentation à Donaueschingen de Nachtstücke und Arien de Henze-Bachmann, puisque Nono ainsi que d’autres « représentants » de l’école de Darmstadt comme Boulez ou Stockhausen quittent la salle. Mais le dialogue semble repris en 1958. Elle demande alors à Nono de l’aider à rédiger un « prosastück » (un texte en prose) sur les rapports entre musique et langue poétique. Elle aimerait savoir sur quels critères des compositeurs comme Nono ou Boulez choisissent les textes qu’ils intègrent à leurs compositions : elle pose déjà les questions qu’elle articulera dans son essai de 1958, Musik und Dichtung.

34Nono et Bachmann se retrouvent sur des lectures et sur une volonté de transformer le langage à travers l’écriture : créer un nouveau langage qui pourtant intègre le passé en le réinterprétant. Les citations textuelles ou musicales sont multiples chez nos deux auteurs et elles génèrent à leur tour une multiplicité de renvois presque infinie. Ces greffes et imbrications nombreuses sont autant de manières de développer leur propre « Je ». L’écrivaine habite son œuvre des mots de Celan, Musil, Brecht comme pour continuer à dialoguer avec eux. Elle cite souvent René Char, Pasternak, Blok, Maïakovski dont l’on sait à quel point ils ont aussi compté pour Nono.

35L’écriture maintient en vie, fait revivre les morts aussi :

36« Je voudrais te suivre, lorsque tu seras mort, me retourner vers toi, même si je risque d’être changé en pierre, je voudrais résonner, faire pleurer les animaux et fleurir les pierres, de chaque branche exhaler le parfum »31.

37Dans sa prose, Ingeborg Bachmann manie souvent la superposition ou la polyphonie des voix, où « Je », « Tu » et « Nous » se confondent. Citons à cet égard Paul Ricoeur :

38« l’histoire d’une vie ne cesse d’être refigurée par toutes les histoires véridiques ou fictives qu’un sujet raconte sur lui-même »32.

39Dans sa nouvelle Simultan (Traduction simultanée, parue en 1972), elle met en scène un récit à deux personnages et au moins cinq voix : celle d’un récitant extérieur qui décrirait les deux personnages, celle de chacun des personnages en direct, celle de chacun des personnages exprimant indirectement des souvenirs ou des réflexions, ce que chacun pense de la situation et de l’autre. Citons cet extrait, où le texte en direct semble ne pouvoir rattraper la vitesse réelle du dialogue ; les phrases y sont parfois coupées avant d’avoir été totalement énoncées :

40« Les villes montaient en tourbillons dans la nuit, Bangkok, Londres, Rio, Cannes, puis de nouveau Genève, inévitable, Paris, tout aussi inévitable. San Francisco, non, elle regrettait vraiment, no, never, et pourtant, elle en avait toujours eu envie, after all those dreadful places there, et jamais rien d’autre que Washington, horrible, oui, lui aussi, il avait aussi trouvé la ville horrible, et il ne pourrait pas, non, elle non plus, et ils se turent, éreintés, et au bout d’un moment elle gémit un petit peu, please would you mind, je suis terriblement fatiguée, mais quand même c’est drôle, n’est-ce pas, d’être partis ensemble tu ne trouves pas ? […] Dans la salle à manger, on était en train de desservir, ils étaient les derniers, et ils eurent la dernière soupe tiède. Ce poisson pané, c’est du cabillaud ? Surgelé ? Elle pignochait sans plaisir dans le poisson, ils sont à côté de la méditerranée, et ils n’ont plus de poissons ? A Rourkela, on avait vraiment l’impression de pouvoir faire quelque chose, c’est là qu’il avait connu les meilleurs moments de sa vie, en Inde, malgré tout, avec sa fourchette il traçait sur la nappe blanche la ligne de chemin de fer Calcutta-Bombay, tu vois, à peu près à ce niveau, on a pratiquement commencé avec un bulldozer et on a construit […] » 33.

41Un peu plus loin, dans la même nouvelle, Bachmann exprime son désir d’un langage nouveau à travers la bouche du personnage féminin, ajoutant donc une sixième voix :

42« Est-ce que c’est ma faute ? demanda-t-elle. […] j’ai inventé autre chose, non ? Voilà ce que j’ai inventé, voilà ce que tu as inventé, et elle luttait pour leur invention dans un sauvage acharnement, avançant muette à la rencontre du langage unique, se dirigeant vers lui, le seul qui fût expressif et exact »34.

43Dans Invocation de la grande ourse35, en1956, elle clame un nouveau lieu pour le langage : « Où est la loi ? Où est l’ordre ? Où nous paraît tout à fait concevable arbre, pierre ou nervure ? S’ils sont présents, c’est dans le langage parfait, à l’état pur… ».

44Ce nouveau langage, cette nouvelle voix humaine doivent aussi exister au-delà des frontières « Mais nous voulons parler par-delà les frontières, car frontière il y a jusque dans chaque mot, et le mal du pays nous les fera franchir pour être à l’unisson jusqu’en chaque hameau »36.

45Dans une démarche assez proche, Massimo Cacciari, évoquant en 199537 sa collaboration avec Luigi Nono, s’interroge sur la signification de l’écriture alphabétique, non pas comme représentation empirique de séquences phonétiques, mais comme théorisation « idéale » à l’origine de l’alphabet il y a quatre mille ans. Aujourd’hui, la voix parlée n’est plus absolument nécessaire pour comprendre un discours. L’ « udire » s’est perdu, car l’écrit a en quelque sorte supplanté l’oral. L’alphabet marque donc une des plus grandes révolutions culturelles de notre évolution, ayant eu pour conséquence une primauté de l’écriture et du visuel sur l’auditif, une « désomatisation » de la voix.

46Cacciari évoque le passage d’un logos de la « parole vive » (du prononcé, du discours écouté) à un logos du texte écrit et « fissato », à une signification conceptuelle du discours, fixée, « gelée ». Se retrouvant sur cette constatation, le philosophe et le compositeur cherchent à redonner une importance première à l’instant du concert (importance du lieu, de l’espace, des interprètes, du public…). Nono met « en tension polémique la primauté de la parole et de la vision » ; il fait interagir parole, signification, et chant (diction, accentuation). La grande référence de Nono tout au long de son travail compositionnel et plus particulièrement à partir de 1980 est l’opéra de Schoenberg Moïse et Aaron qui aborde les significations de la parole et du chant. Nono souhaite amener ses auditeurs à une nouvelle écoute, notamment à travers l’opéra, genre qui est par nature plutôt lié au visuel, faire avec eux un chemin à l’intérieur du monde infini des sons dans lequel le Chant est une compréhension du texte.

47Bachmann, comme Cacciari et Nono, cherche à réintroduire la voix humaine dans l’écrit, à retrouver le chant « des origines », de la « nature ». En 1958, dans Musique et poésie, elle veut « soulever la pierre et la tenir avec un espoir effréné, jusqu’à ce qu’elle fleurisse, comme la musique soulève un mot et le transfigure avec sa force sonore »38.

48En 1959, elle conclut ses conférences à l’Université de Francfort en disant qu’« il importe de continuer à écrire »39. Elle y défend avec force la littérature comme utopie, citant René Char dans Seuls demeurent tiré de Fureurs et mystères : « A chaque effondrement de preuves, le poète répond par une salve d’avenir ». Il y a là une volonté prométhéenne qui entre en résonance avec la conception tragique de l’écoute de Nono et de Cacciari. Que signifie le sous-titre de la pièce de Nono Prometeo, Tragédie de l’écoute ? Pour Cacciari, le tragique est une action fondamentale, qui correspond à une décision unique et non-résiliable. La tragédie antique nommait cela le drân : « Le tragique est par essence une action. […] Le tragique est précisément l’action qui correspond à une unique et irrévocable décision. La tragédie antique nommait cela le drân »40.

49Selon Cacciari, « le thème qui a le plus obsédé Nono, est celui de la simultanéité : une recherche qui tend vers l’élimination de toute structure narrative, qui a le sens de réussir à condenser, à la limite en un unique point, et c’est là le thème de l’instant, toutes les possibilités développées sans se dérouler, sans être développées de manière nécessairement chronologico-narratives. […] Le thème de l’île dans Prometeo n’est rien d’autre qu’un terme pour dire le problème de l’instant. […] Et la recherche de cet instant qui dans le même temps doit être un instant riche, plein, chargé, de tous les pluriels, de tous les possibles, avec les possibles qui ne doivent pas être explicités, épuisés un à un »41.

50C’est là encore ce qui nous semble rapprocher Bachmann et Nono, car chez l’écrivaine, chaque personnage possède cette « simultanéité »42de personnages (nous avons cité plus haut la nouvelle Simultan), de « Je » possibles, non seulement à travers leur propre histoire mais à travers l’empreinte de l’histoire en général, notamment des conflits ou des guerres. Le Prometeo de Nono est également fait de multiples matières, « un personnage qui a en soi le maximum d’inquiétude, et le maximum d’incertitude, le maximum d’expérimentation dans toutes les directions »43.

51Nono évoquait souvent son ami Maderna dans l’enseignement qu’il lui avait prodigué des rapports de la musique avec le temps :

52« un autre enseignement fondamental concernait la façon de penser la musique dans le temps. Dépasser l’idée de la progression du temps. Au cours d’une composition, on peut découvrir par exemple au bout de quinze minutes une relation avec un événement sonore qui a eu lieu sept minutes auparavant, dans un réseau de renvois qui avancent, reculent, se croisent, jetant des ponts dans les directions les plus différentes »44.

53Il se réfère aussi à Hölderlin dans le principe d’une écriture par simultanéité de pensées et accumulation de matériaux :

54« À une ligne initiale, il en superpose une autre, écrite avec une encre différente, et surtout en utilisant parfois le grec ou d’autres pensées en français. […] comme un procédé d’élaboration qui avance par accumulation de divers types de matériaux, de divers types de pensées, de diverses possibilités confiées à des mots extrêmement lointains »45.

L’écho des vieilles batailles : l’omniprésence de la guerre et la difficile construction d’un Je

55Walter Benjamin a été une figure fort influente pour Nono. L’ange représente chez le philosophe une dimension intermédiaire, frontière entre plusieurs univers, notamment entre la vérité et l’illusion,entre la réalité et l’onirisme, mais aussi entre les dimensions du temps et entre le Bien et le Mal. Il incarne l’Histoire. Pour Benjamin, il n’y a manifestement pas eu de progrès dans l’Histoire ; l’ange regarde les événements se dérouler sous ses yeux avec un visage nostalgique. « Je », « Tu », « Nous » se confondent.

56« Le nombre de nos sosies est infini dans le temps et dans l’espace. […] Ce ne sont point là des fantômes, c’est de l’actualité éternisée. Voici néanmoins un grand défaut : il n’y a pas progrès…[…] Toujours et partout, dans le camp terrestre, le même drame, le même décor, sur la même scène étroite, une humanité bruyante, infatuée de sa grandeur, se croyant l’univers et vivant dans sa prison comme dans une immensité, pour sombrer bientôt avec le globe qui a porté dans le plus profond dédain le fardeau de son orgueil. […] L’univers se répète sans fin et piaffe sur place. L’éternité joue imperturbablement dans l’infini les mêmes représentations »46.

57Dans cette conception, le passé apporte au combattant d’aujourd’hui l’écho des vieilles batailles, comme les Battlepieces de Melville irriguent les Risonanze erranti. L’air est empli d’anciennes revendications encore vibrantes, résonances des faibles forces humaines sur lesquelles il faut malgré tout compter, car à chacun de nous a été accordée une « faible force messianique ».

58« Le passé est marqué d’un indice secret, qui le renvoie à une rédemption. Ne sentons-nous pas nous-mêmes un faible souffle de l’air dans lequel vivaient les hommes d’hier ? […] À nous, comme à chaque génération précédente, fut accordée une faible force messianique sur laquelle le passé fait valoir une prétention. Cette prétention, il est juste de ne point la repousser.[…] La pensée n’est pas seulement faite du mouvement des idées, mais aussi de leur blocage. Lorsque la pensée s’immobilise soudain dans une constellation saturée de tensions, elle communique à cette dernière un choc qui la cristallise en monade. […] Dans cette structure, il [l’historien] reconnaît le signe d’un blocage messianique des événements, autrement dit le signe d’une chance révolutionnaire dans le combat pour le passé opprimé »47.

59Pour Ingeborg Bachmann, l’histoire et son poids de souffrance, la récurrence de la barbarie et de la torture portent à interroger le « Je » de l’écrivain. Ce questionnement entre aussi en résonance avec sa propre biographie et la collaboration avec l’Allemagne d’Hitler affichée par son propre père. Pour elle, les conflits religieux ont été remplacés depuis la deuxième guerre mondiale par des conflits sociaux et politiques qui mettent l’écrivain en conflit avec le langage. Ce dernier ne doit pas simplement continuer, prolonger les expériences passées de Joyce, Proust, Musil ou Kafka, mais chaque écrivain doit faire sa révolution, sa nouvelle expérience, il doit expérimenter et créer un nouveau langage.

60La transformation du langage doit chercher « à libérer une faculté nouvelle de compréhension »48 :

61« c’est aux premiers éclats du combat entre la littérature engagée et le mouvement de l’art pour l’art que notre génération a commencé par assister comme à une conséquence directe, cette fois, de la catastrophe politique survenue en Allemagne et des catastrophes qui en dérivaient dans les pays voisins dévastés, un combat qui était nourri du pressentiment de nouvelles catastrophes futures »49.

62La guerre n’est pas terminée. Il y a un fascisme après le fascisme, nous dit-elle, un « fascisme privé », caché dans les rapports de domination, dans l’intimité des maisons, entre les hommes et les femmes, entre les pères et leurs filles « assassinées »50, violées, bafouées. Le renoncement et la soumission de la femme sont souvent décrits par Bachmann, ainsi dans Traduction simultanée :

63« Dans la chambre, quand il la prit dans ses bras, elle se remit à trembler, elle ne voulait pas, ne pouvait pas, elle avait peur d’étouffer ou de s’évanouir, mais ensuite elle voulut bien tout de même, il valait mieux être étouffée et anéantie par lui et anéantir ainsi tout ce qui était en elle désormais incurable, elle luttait, elle le laissa faire, elle restait allongée, insensible, elle se détourna de lui sans un mot et s’endormit aussitôt »51.

64La première des questions qui doit motiver l’écrivain, dit-elle, est celle de la « justification de son existence ». Dans sa conférence intitulée « Le Je de l’écrivain », elle en décrit les formes ; dans l’acte d’écriture comme dans celui de la lecture, le Je se démultiplie et se ramifie :

65« Qui n’a pas, à l’âge de seize ans, rencontré dans un livre ou dans un poème un Je qu’il présumait être celui de l’auteur même et qu’il était, ou peu s’en faut, lui-même ? Car ce Je était un Tu et ce Tu était un Je : les frontières y étaient tellement effacées en ce premier temps de crédulité et d’enchantement qu’on n’en venait même pas à échanger des rôles, pour la simple raison qu’on n’y voyait effectivement aucun rôle. […] Après la dissolution de l’union de ces Je, nous en sommes venus à une nouvelle expérience en remarquant les interférences entre l’auteur et le Je et nous avons fini par connaître tous les Je possibles qu’on rencontre dans la poésie : le Je feint, le Je masqué, le Je réduit, le Je lyrique absolu, le Je comme figure de pensée, le Je comme figure d’action, un Je immatériel ou un Je passé dans la matière »52.

66Comment l’écrivain pourrait-il avoir un poids dans le déroulement d’une histoire qui semble se répéter ? Où se trouve le salut si ce n’est dans le partage du nouveau langage avec autrui, toi, vous ? Peut-on espérer « atteindre la main de l’autre une seconde »53 ? Peut-on se trouver soi-même, comment se nommer soi-même ? Dans Malina, l’héroïne s’appelle « Ich » (« Je » ou « Moi ») et « j’ai vécu en Ivan et je meurs en Malina. […] Mon nom ? Malina. […] C’était un crime »54.

67Comment m’appeler est le titre de l’un des Poèmes écrits entre 1948 et 1953 :

68« Je pourrai peut-être un jour me connaître, tourterelle ou pierre qui roule…Manque un seul mot, mon nom ! Quel devrait-il être sans que je me trouve en une autre langue ? »55.

69Cette recherche fondamentale, tout à la fois individuelle et collective sous-tend l’écriture de Bachmann dès la fin de la guerre. À l’été 1945, elle écrit dans ses Lettres à Felician, lettres à un destinataire a priori fictif :

70« Mon unique ami, je voudrais venir à toi, recevoir le pardon de tes mains […]. Je sens bien comment, pensant à toi, je m’améliore et grandis ; aussi n’ai-je qu’un vœu, pour Toi, être “Je“. Mon “Je“, il y a bien longtemps que je l’ai rejeté au loin. Ce qui vit aujourd’hui, ce n’est qu’une étincelle de feu, une ombre lasse, qui n’est pas plus mienne que mon habit. […] Deux êtres sont en moi, et il n’en est aucun qui comprenne l’autre. Je redoute le grand amoureux de la vie et du reste. Il gagne en puissance. Et je sais que pour l’autre le temps peut être compté. Je dois apprendre à prier »56.

Épilogue

71Cette recherche n’est-elle pas celle de l’acceptation ? Non pas d’une résignation, mais de l’acceptation d’un certain isolement, d’une compréhension de la part violente et inhumaine de tout être humain ? Le partage avec autrui est-il salvateur ? Cette prière dont parle Bachmann peut être mise en parallèle avec le Psaume écrit en 1953 : « Dans l’auge de mon mutisme, dépose une parole »57. Ingeborg Bachmann dans Delikatessen dit renoncer à elle-même, mais pas à l’écriture. Mais où est-elle hors l’écriture ? À propos du poème La Bohême est au bord de la mer , elle affirme en 1973 :

72 « Il est écrit pour tous par quelqu’un qui n’existe pas »58.

73Elle nous demande : « Devrai-je faire prisonnière une pensée, la conduire dans la cellule éclairée d’une phrase ? […] Me faudra-t-il […] déchirer le papier, […], détruisant ainsi : je, tu, et il, elle, ça, nous, vous ? ».

74L’écriture peut-elle n’être pas réductrice ? Mais ne pas écrire, ne pas créer, rester muet équivaudrait-il à une mort certaine ? Dans ce questionnement, la démarche de Nono est de contrecarrer autant que faire se peut cette mort en démultipliant justement l’écriture, en l’enfermant le moins possible par le biais de résonances infinies dans un déroulement du temps où le silence n’existe plus. Il ne retient de cette partie du poème que les pronoms « je tu il elle ça nous vous » et pose directement la question aux auditeurs à la toute fin de la pièce qui s’achève sur cette interrogation issue du texte de Bachmann, violente, « dure comme une accusation » : « ihr ? [vous ?] ».

75En 1973, Ingeborg Bachmann et Bruno Maderna nous ont quittés. Cette année-là, la philosophe espagnole Maria Zambrano décrivait l’écriture comme un acte solitaire dans le prologue à la seconde édition de son ouvrage L’homme et le divin. Ce texte nous semble être un écho subtil et fidèle aux aspirations d’Ingeborg Bachmann concernant l’histoire, la nécessité de l’expérience et de l’action malgré la solitude du « Je », ainsi que la notion d’acceptation que nous avons abordée plus haut :

76« Écrire dans la solitude […] a quelque chose du rite, de la conjuration, et plus encore, de l’offrande, de l’acceptation : celle de l’inéluctable présent du temps, celle de passer dans le temps, d’aller à sa rencontre […] Et finalement, comme le temps est mouvement, il met en mouvement l’être humain ; être en mouvement, c’est faire, faire vraiment quelque chose, tout simplement. Faire la vérité, même si c’est en écrivant »59.

Annexe 1 : Risonanze erranti : les textes

img-1.jpg

Annexe 2 : Ingeborg Bachmann, Keine Delikatessen

img-2.jpg

Notes   

1  Ingeborg Bachmann, « Thème et variation » (1953) in Poèmes (1948-1967), traduits par François-René Daillie, Arles, Actes Sud, 1989, p. 39.

2  René Char, « Jeunesse », dans Seuls demeurent, 1938-1944, Fureur et mystère, Bibliothèque de la Pléiade, Œuvres complètes, éditions Gallimard, 1990, p. 132.

3  « Keine Delikatessen » (1963) est publié en 1968 puis en 1978 chez Piper Verlag, München.

4  Risonanze erranti a été écrite entre 1985 et 1987 pour contralto, flûte basse (et ottavino), tuba, six percussions (deux cloches sardes, trois bongos, et crotales) et live electronics sur des textes de Herman Melville et Ingeborg Bachmann ainsi que des échos de Guillaume de Machaut, Josquin Desprez et Johannes Ockeghem. La pièce est dédiée à Massimo Cacciari.

5  Marinella Ramazzotti, La questione filologica in Luigi Nono, Studio sulle opere degli anni sessanta e ottanta con particolare riferimento a Y entonces comprendio e Risonanze erranti, Tesi di Laurea, Prof. G. Borio, Università di Pavia, 1994-95, p. 87-265.

6  Archivio Luigi Nono, documents 54.04.03/01-05, 54.07/01-03.

7  Corriere delle sera, Intervista in occasione del ciclo noniano al Maggio fiorentino, entretien avec Duilio Courir, le 29 avril, 1983, p. 3.

8  Archivio Luigi Nono, documents 54.02/01-02, 54.04.01/01-16, 54.04.02/01-14, P20.03.02/01-09.

9  Archivio Luigi Nono, document 45.02.02/01.

10  In Laurent Feneyrou (textes réunis, présentés et annotés par), Luigi Nono, Ecrits, traduits sous la direction de Laurent Feneyrou, Paris, Christian Bourgois éditeur, p. 335.

11  Marinella Ramazzotti, op. cit., p. 191.

12 In Laurent Feneyrou, op. cit., p. 44.

13 Ibid., p. 43.

14  « Campane elaborazioni », CD N° 70 Nono Versuche, Archivio Luigi Nono, plage 11.

15  Voir Annexes 1 et 2.

16  Martin Zenck, « …la sua voce disperata… Echos der Stimme Ingeborg Bachmanns in Luigi Nonos Risonanze erranti », in Luigi Nono, Neue Zeitschrift für Musik, 2004/03, p. 26-33, nous traduisons.

17  Laurent Feneyrou, op. cit., p. 335.

18  Entretien avec Marco Biraghi, in Luigi Nono, Festival d’Automne à Paris, Contrechamps, 1987, p. 147-151.

19  Ibid.

20  Ibid.

21  Archivio Luigi Nono , ALN 29C, Entretien avec Massimo Cacciari 1995 (Gianni di Capua).

22  Luigi Nono s’exprimant avec Wilfried Gruhn, in Dirk Krömer, Das Verhältnis von Ästhetik und musikalischer Poetik im Schaffen Luigi Nonos der 80er Jahre, Magisterarbeit, Universität Hamburg, 1994, p. 46 : « es gibt so viele überraschende, öffnende Momente, Augenblicke (hier und voll sein, sagte Rilke) – das Unhörbare, das hörbar wird und doch auch un hörbar bleibt, das unsagbare, das sagbar wird und zugleich auch unsagbar bleibt, das Unsichtbare, das sichtbar wird und auch unsichtbar bleibt, das Schweigen, das hörbar wird und doch auch Schweigen bleibt, die Stille, die leer oder voll von Erinnerungen und von Erwarterungen ist, von Jetzt-Sein, von Jetzt-Leben, von Jetzt-Lieben ist ».

23  Ludwig Wittgenstein, Tractatus logico-philosophicus, 1922, Paris, Gallimard, 1993, §6.522, p. 112.

24  Ingeborg Bachmann, « Midi juste », dans Poèmes, op. cit., p. 42.

25  Arturo Larcati, Ingeborg Bachmanns Poetik, Darmstadt, WBG, 2006, p. 108.

26  En 1953 notamment, Archivio Luigi Nono 53-11-25, 53-10-05, 53-07-17, 53-09-29, 53-09-30.

27  Das dreissigste Jahr, Malina, Der gute Gott von Manhattan entre autres (Archivio Luigi Nono, B2031, A1737, A1437).

28  Ingeborg Bachmann, Sämtliche Gedichte, Piper München, 1983, Archivio Luigi Nono, B3234.

29  Arturo Larcati, op. cit., p. 122.

30  Ibid, p. 123.

31  Ingeborg Bachmann, Poème au lecteur, traduction de Françoise Rétif dans Françoise Rétif, Ingeborg

32  Paul Ricœur, Temps et récit, t. 3 : Le temps raconté, Paris, Seuil, 1985, p. 443.

33  Ingeborg Bachmann (1972), Traduction simultanée, dans Trois sentiers vers le lac, nouvelles traduites par Hélène Belletto, Arles, Actes Sud, 2006, p. 10-14.

34  Ibid., p. 31.

35  Ingeborg Bachmann, « D’une terre, d’un fleuve et des lacs », dans Invocation de la grande ours tiré de Poèmes, op. cit., p. 92-93.

36  Ibid., p. 89.

37  Archivio Luigi Nono, ALN 29C.

38  Ingeborg Bachmann, Werke IV, traduit par Françoise Rétif dans Françoise Rétif, op. cit., p. 78.

39  Ingeborg Bachmann (1959), Leçons de Francfort, Problèmes de poésie contemporaine, traduit de l’allemand par Elfie Poulain, Arles, Actes Sud, 1986, p. 144.

40  Massimo Cacciari, « Zeit, die bricht, reißt und teilt », Brennpunkt Nono, Salzburger Festspiele, Zeitfluß 93, Palladion Verlag, p. 90 ; à l’origine dans « Tragedia dell’ascolto », Orestiadi di Gibellina 1991, Milan, Ricordi, 1991, p. 45.

41  Massimo Cacciari, entretien in Music Attuale, n° 4/5, 1992, p. 47-48.

42  Le terme de simutanéité associée à l’idée de verticalité est particulièrement développé par Gaston Bachelard en 1944 dans Gaston Bachelard, Le droit de rêver, Paris, PUF, 1970, Quadrige, 2002, p. 224-225.

43  Corriere delle sera, Intervista in occasione del ciclo noniano al Maggio fiorentino, entretien avec Duilio Courir, le 29 avril, 1983, p. 3.

44  Luigi Nono, cité dans « Une vie de héros entre hasard et fébrilité », par Sandro Cappelletto, périodique non retrouvé, répertorié aux archives Nono R 1991091201, datant du 12 sept 1991.

45  In Laurent Feneyrou, Luigi Nono, Ecrits, op. cit., p. 108.

46  Walter Benjamin (1935-39), Paris, capitale du XIXe siècle, Paris, Allia, 2003, p. 47.

47  Walter Benjamin, « Sur le concept d’histoire » (1940), in Œuvres III, traduit de l’allemand par Maurice de Gandillac, Rainer Rochlitz et Pierre Rusch, Paris, Gallimard, 2000, p. 428-429-441.

48  Ingeborg Bachmann, Leçons de Francfort, op. cit., p. 23.

49  Ibid., p. 13.

50  Ingeborg Bachmann (1971), Malina, Paris, Seuil, 2008, p. 148.

51  Ingeborg Bachmann, Traduction simultanée, op. cit, p. 43.

52  Ingeborg Bachmann, Leçons de Francfort, op. cit, p. 67-68.

53  Ingeborg Bachmann, « Cela pourrait être lourd de sens », dans Poèmes, op. cit, p. 9.

54  Ingeborg Bachmann, Malina, op. cit, p. 284-285.

55  Ingeborg Bachmann, Poèmes, op. cit, p. 17.

56  Ingeborg Bachmann (1945-1946), Lettres à Felician, traduit de l’allemand et préfacé par Pierre-Emmanuel Dauzat, Arles, Actes Sud, 2006, p. 76-77.

57  Ingeborg Bachmann, « Psaume », dans Poèmes, op. cit., p. 51.

58  Note inédite citée par Françoise Rétif, op. cit., p. 29.

59  Maria Zambrano, L’homme et le divin (1951), Paris, éditions José Corti, 2006, p. 26.

Citation   

Nathalie Ruget, «« Je, tu, nous, vous »», Filigrane. Musique, esthétique, sciences, société. [En ligne], Numéros de la revue, L'individuel et le collectif dans l'art, mis à  jour le : 30/05/2011, URL : https://revues.mshparisnord.fr:443/filigrane/index.php?id=248.

Auteur   

Quelques mots à propos de :  Nathalie Ruget

Nathalie Ruget. Docteur en musicologie, elle a soutenu sa thèse de doctorat en 2007, intitulée Le retentissement des mots dans les œuvres électroacoustiques de Luciano Berio, Bruno Maderna, Luigi Nono et le concept de résonance sémantique, sous la direction de Marc Battier. Elle est aujourd’hui chercheur associée à l’Université Paris-Sorbonne et chargée de cours à l’Université d’Evry. Ses recherches portent sur les rapports entre écriture et société en Europe après 1945, ainsi que sur les liens unissant musique, religions et sacré, notamment au XXe siècle.Passionnée par l’enseignement et l’idée de transmission (écrite, orale), elle travaille aujourd’hui sur la fonction ou le « retentissement » du langage dans les textes littéraires ou poétiques utilisés en composition musicale.Diplômée du CNSMDP en violoncelle, musique de chambre et pédagogie, elle est aussi violoncelliste et professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Rouen.