Condition humaine / Conditions politiques http://revues.mshparisnord.fr/chcp fr Appels à contributions http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=653 16/02/2022 Pour la rubrique Varia Condition Humaine / Conditions politiques souhaite recevoir des articles pour sa rubrique Varia ; ces articles de fond peuvent aborder une grande diversité de sujets, de questions ou de thématiques, prioritairement en anthropologie du politique, de 25 000 à 45 000 signes. Les articles soumis à la rubrique Varia font l’objet d’une évaluation en double aveugle, et s’ils sont envoyés avant la fin juin 2022, pourront être publiés à partir du n° 5 de la revue, dont la parution est prévue début 2023. Ils doivent être envoyés à l’adresse suivante : redaction.ch-cp [at] ehess.fr, et suivre les instructions aux auteur.e.s. Merci de diffuser cet appel dans vos réseaux, bien cordialement. * 31/03/2021 Une nouvelle revue d’anthropologie (du) politique Adossée à l’IIAC, Condition humaine / Conditions politiques a été lancée en décembre 2020 par un groupe de chercheurs situés en France. Elle propose d’élaborer et de diffuser la recherche française et internationale consacrée à des lectures anthropologiques du politique dans les mondes contemporains. Condition humaine / Conditions politiques se propose de mobiliser et de mettre en mouvement les méthodes, les approches et les concepts de l’anthropologie politique. Elle est arrimée à la méthode ethnographique, aux savoirs ethnologiques et historiques, tant du lointain que du proche, ainsi qu’à la comparaison anthropologique. Ses frontières disciplinaires sont partagées avec les autres sciences sociales et hu mar., 15 févr. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=653 Calls for Papers http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=654 16/02/2022 Call for Papers – Varia The journal Condition Humaine / Conditions politiques is launching a call for papers for articles to be published in its “Varia” (miscellaneous) section. These substantive articles can explore a large diversity of issues, topics or themes, primarily in political anthropology, and should be from 25.000 to 45.000 characters. They will be submitted to peer-review, and if sent to the journal before the end of June 2022, could be published from the issue 5 of the journal, due to be on line at the beginning of 2023. Articles should be sent to the following address: redaction.ch-cp [at] ehess.fr, and comply with the author’s guidelines. Do not hesitate to circulate this call, thanking you in advance * 31/03/2021 A New Journal of Political Anthropology Call for Papers Supported by the IIAC, Condition humaine / Conditions politiques (Human Condition / Political Conditions) was launched in December 2020 by a group of researchers based in France. This new journal proposes to develop and disseminate French and international research devoted to anthropological readings of politics in the contemporary world. Condition humaine / Conditions politiques aims to mobilize and set in motion the methods, approaches and concepts of political anthropology. It is grounded in the ethnographic method, in anthropological and historical knowledge, both about remote and near spaces, and in anthropological comparison. Its disciplinary boundaries overlap with those of othe mar., 15 févr. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=654 Inviti a presentare proposte http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=655 16/02/2022 Invito a presentare proposte – Varia La rivista Condition Humaine / Conditions politiques è interessata a ricevere nuovi contributi per la sua rubrica "Varia"; gli articoli, di una lunghezza dai 25.000 ai 45.0000 caratteri (spazi inclusi), possono affrontare una grande varietà di argomenti, questioni o temi, in modo prioritario in antropologia politica. Gli articoli presentati alla rubrica Varia sono soggetti a revisione in double-blind e, se trasmessi prima della fine di giugno 2022, potranno essere pubblicati nel numero 5 della rivista, la cui uscita è prevista per l’inizio del 2023. Gli articoli devono essere inviati al seguente indirizzo : redaction.ch-cp [at] ehess.fr, e seguire le istruzioni per gli·le autori·trici. * 31/03/2021 A New Journal of Political Anthropology Call for Papers Supported by the IIAC, Condition humaine / Conditions politiques (Human Condition / Political Conditions) was launched in December 2020 by a group of researchers based in France. This new journal proposes to develop and disseminate French and international research devoted to anthropological readings of politics in the contemporary world. Condition humaine / Conditions politiques aims to mobilize and set in motion the methods, approaches and concepts of political anthropology. It is grounded in the ethnographic method, in anthropological and historical knowledge, both about remote and near spaces, and in anthropological comparison. Its disciplinary boundaries overlap with those o mar., 15 févr. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=655 Convocatorias de ponencias http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=656 16/02/2022 Convocatoria de ponencias – Varia La revista Condition Humaine / Conditions Politiques está interesada en recibir artículos para su sección “Varia”. Se trata de artículos de fondo que pueden abordar una gran variedad de temas, interrogaciones o temáticas, principalmente de antropología política, de 25.000 a 45.000 caracteres de extensión. Los artículos enviados a la sección “Varia” serán sometidos a una evaluación a doble ciego y, si son presentados antes de finales de junio de 2022, podrán incluirse en el número 5 de la revista, cuya publicación está prevista para principios de 2023. Los artículos deben enviarse a la siguiente dirección: redaction.ch-cp [at] ehess.fr, y se deben seguir las instrucciones para los autores. * 31/03/2021 A New Journal of Political Anthropology Call for Papers Supported by the IIAC, Condition humaine / Conditions politiques (Human Condition / Political Conditions) was launched in December 2020 by a group of researchers based in France. This new journal proposes to develop and disseminate French and international research devoted to anthropological readings of politics in the contemporary world. Condition humaine / Conditions politiques aims to mobilize and set in motion the methods, approaches and concepts of political anthropology. It is grounded in the ethnographic method, in anthropological and historical knowledge, both about remote and near spaces, and in anthropological comparison. Its disciplinary boundaries overlap with those mar., 15 févr. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=656 Chamadas de artigos http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=657 16/02/2022 Chamada de artigos – Varia A Revista Condition Humaine / Conditions politiques se abre para receber artigos para a seção “Varia”. Tais artigos podem abordar uma grande variedade de assuntos, questões ou temáticas, principalmente relacionadas à antropologia política. Os textos deverão ter de 25.000 a 45.000 caracteres e serão submetidos à dupla avaliação às cegas por pares. Caso sejam enviados antes do final de junho de 2022, eles poderão ser publicados na edição 5 da revista, com publicação prevista para o início de 2023. Os textos devem ser enviados para o endereço: redaction.ch-cp [at] ehess.fr, conforme as instruções para os autores explicitadas no site da revista. * 31/03/2021 A New Journal of Political Anthropology Call for Papers Supported by the IIAC, Condition humaine / Conditions politiques (Human Condition / Political Conditions) was launched in December 2020 by a group of researchers based in France. This new journal proposes to develop and disseminate French and international research devoted to anthropological readings of politics in the contemporary world. Condition humaine / Conditions politiques aims to mobilize and set in motion the methods, approaches and concepts of political anthropology. It is grounded in the ethnographic method, in anthropological and historical knowledge, both about remote and near spaces, and in anthropological comparison. Its disciplinary boundaries overlap with those of other social and human sciences, historical and poli mar., 15 févr. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=657 Vivre ensemble face à la contagion émotionnelle http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=582 Dans ce texte écrit pendant le premier confinement du printemps 2020, je tente de comparer le stress extrême ressenti par certains individus aux angoisses éprouvées en différents lieux du monde par les patients du chamanisme. Alors que l’on a longtemps cru que cette pratique étudiée par les anthropologues était le seul fait des sociétés dites « exotiques », elle pourrait se révéler de manière inattendue utile aux sociétés « modernes » en leur offrant une aide psychologique inespérée. Tomber en transe ou parvenir à un état de conscience modifié pourrait-il aider à traverser les crises aiguës de nos sociétés contemporaines ? Tandis que certains eurent l’impression de vivre un mauvais rêve éveillé, chez d’autres, la peur du coronavirus s’est accompagnée de l’angoisse d’être marginalisé, hospitalisé, asphyxié, d’une hantise de la mort amplifiée par la litanie quotidienne du nombre de victimes. Ils ont été submergés par leurs angoisses, se sont sentis perdus, furent atteint d’insomnie et multiplièrent les cauchemars. Dans les formes les plus extrêmes, les sujets ont connu des états seconds qui semblent avoir eu in extremis une fonction de régulateur émotionnel. À Palerme (Italie), les jeunes animèrent les quartiers en improvisant depuis leurs balcons des concerts diffusés à l’aide de puissantes enceintes. Ces explosions irrépressibles de spontanéité intervenant au cœur d’un confinement vécu comme particulièrement oppressant, sont à rapprocher des manifestations exubérantes survenant à la fin de rituels chamaniques qui exigent une rigoureuse maîtrise de soi. Par ailleurs, le début de l’épidémie de Covid-19 fut marqué par une masse considérable d’individus gagnés par une peur irrépressible, au point de se demander si, sans le confinement, la panique qu’il a engendrée ne serait pas devenue aussi dangereuse que le virus lui-même. Après plusieurs semaines, les médias et une partie de la population s’en sont pris aux plus démunis, jeunes ou prolétaires. Leur conviction était que n’ayant rien à perdre, ils ne pouvaient qu’entraver la discipline collective. Des boucs émissaires étaient trouvés. En Sicile, la période de Pâques est traditionnellement un moment festif de grande convivialité. Lors de ce printemps 2020, les autorités avaient cependant décidé de montrer aux yeux de toute l’Italie que les Méridionaux ne se laisseraient pas déborder par leur légendaire indiscipline. Mais les habitants du Sperone, l’un des quartiers les plus déshérités de la ville, voulurent profiter d’une terrasse collective en haut de leur immeuble pour se retrouver autour de quelques grillades. Cet évènement insignifiant eut un retentissement démesuré, au point de devenir un scandale répercuté par tous les médias à l’échelle nationale. Le groupe fut traité comme s’il s’agissait de terroristes. Une cohorte de militaires en armes fut envoyée sur le lieu du délit, appuyée par deux hélicoptères de combat et se déplaçant prudemment en ligne indienne, rasant les murs, pour atteindre les fameux « insurgés »… La joyeuse bande de riverains prit la fuite précipitamment. “Living Together While Facing Emotional Contagion” This essay, written during the first lockdown in spring 2020, aims to compare the extreme stress experienced by some individuals with the anxiety experienced by patients of shamanism in different places of the world. Although it has been long considered that this practice, investigated by anthropologists, was circumscribed to the so-called “exotic” societies, it may turn out to be useful to “modern” societies by providing unexpected psychological help. May indeed falling into a trance or reaching an altered state of consciousness help us get through our contemporary societies’ acute crises? While some may have had the impression of living a bad daydream, others the fear of the coronavirus led to the anguish of being marginalized, hospitalized, asphyxiated: a fear of death that the grim daily count of victims intensified. They were indeed overwhelmed with anxiety, felt lost, suffered from insomnia and subjects of recurring nightmares. In the most extreme of cases, the subjects experienced a form of trance, which, in extremis, seems to have had an emotional regulating function. In Palermo (Italy), young people organized impromptu concerts from their balconies, with powerful speakers, in various neighborhoods. These irrepressible explosions of spontaneity during lockdown, perceived as particularly oppressive, may well be compared with the exhilarating manifestations occurring at the end of shamanic rituals that require strict self-control.In addition, the Covid-19 pandemic, at its outset, was marked by a mass of individuals overwhelmed with a terrible scare, to the point that one may wonder if, without the enforcement of the lockdown, their sense of panic would not have proven to be as dangerous as the virus. After several weeks, the media and a part of the population started lashing out at the poorest, the young and the proletarians. The belief was that, since they had nothing to lose, they were liable to undermine collective discipline. They were the perfect scapegoats. In Sicily, the Easter holiday is traditionally a festive moment when families reunite. This spring 2020, however, the authorities wanted to make a point regarding the Southerners’ alleged indiscipline. The residents of Sperone, though – one of the city’s most deprived neighborhoods – took advantage of a shared terrace at the top of their building to meet up around a barbecue. This unimportant event was so widely covered in the media that it was wound up into a national scandal. They were treated as if they were terrorists. Armed soldiers were dispatched to the crime scene, supported by two combat helicopters: they proceeded cautiously in a single file, keeping a low profile to surreptitiously reach the “insurgents”... Presently, the merry gang scurried away. mar., 25 janv. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=582 Avec Pierre Bouvier, une rencontre qui s’ouvre sur une altérité complice http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=590 N’écrit-on pas des livres précisément pour cacher ce que l’on porte en soi.Friedrich Nietzsche, Le Gai Savoir. J’ai fait la connaissance de Pierre Bouvier à l’Université Paris X Nanterre, il y a une trentaine d’années. Nous appartenions tous deux à la filière socioanthropologie, dont il était le professeur responsable. Comme nous partagions le même bureau, nous échangions beaucoup, et sur des questions très variées. La démarche qualitative que cette filière développait ainsi que son ouverture à tous les thèmes de société intéressaient bon nombre d’étudiants. Ils y trouvaient un large choix de sujets qui ne les enfermaient pas dans les approches et thématiques plus codifiées du champ de la sociologie. La conception de la socioanthropologie que développait Pierre, sa pédagogie proche de leurs préoccupations, répondaient non seulement à leurs attentes, mais les amenaient aussi à créer des liens entre eux. Le professeur, comme l’homme, ont su leur rester ouvert et accessible. Ce qui m’a rapidement rapproché de Pierre a été son rapport distancié et non hiérarchique à l’institution. Sa manière d’être dégageait un espace très large et non statutaire à nos échanges. On pouvait parler de tout. Il écoutait beaucoup et ne laissait paraître ni arrogance ni jugement. Cette attitude est rare dans des établissements tels que les universités, où les rivalités sont fortes et où les stratégies vont bon train. Chacun développant une posture qui tend à le protéger du regard des autres, sans pour mar., 25 janv. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=590 À propos de Suite buissonnière. Entretien avec Pierre Bouvier http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=592 Pierre Bouvier était membre de l’IIAC et professeur émérite de socioanthropologie à Nanterre. Il a toujours eu le souci d’une anthropologie impliquée et construite à l’intersection disciplinaire. Il a également produit une œuvre de peintre, amorcée dans le contexte des années 1970. Ces derniers temps, Pierre s’était lancé dans une écriture plus introspective, dont témoigne la parution récente de Suite buissonnière (2020). Notre collègue revisitait sa petite enfance lorsque la grande faucheuse est venue nous l’enlever. Cet entretien en hommage et en mémoire d’un ultime partage. Condition humaine / Conditions politiques (Ch/Cp) — Cet entretien1 s’ancre dans la parution de ton dernier ouvrage, Suite buissonnière, que l’on peut lire comme un livre d’anamnèse… Pourquoi ce livre ? Qu’est-ce qui t’a donné envie de le faire ? Et pour notre propos, j’aimerais qu’en partant de là, nous puissions entrer dans la manière dont tu critiques l’imaginaire du travail, notamment celui que véhiculaient le militantisme et le marxisme du « jeune Pierre Bouvier ». Pierre Bouvier — Pourquoi cet ouvrage ? Il m’a paru important de resituer mon cheminement après le mouvement de Mai 68, et de décrire la manière dont on pouvait réfléchir à ce qui s’était passé avant le mouvement lui-même et ce qu’il en était advenu. Vis-à-vis de 1968 et du mouvement social actuel, j’ai longtemps pensé que si quelque chose arrivait, cela adviendrait dans ce que l’on appelle le périmètre du « sous-développement », des « s mar., 25 janv. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=592 Rhétoriques du pouvoir au Mali http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=627 On se saisira de la contestation populaire ayant précédé le coup d’état militaire du 18 août 2020, ainsi que celui du 24 mai 2021, pour tenter de cerner les modèles – hiérarchique et égalitaire – mobilisés par les acteurs sociaux pour penser le politique dans une perspective transhistorique s’étendant de l’empire du Mali au Mali actuel. En effet, à l’instar du monde arabo-musulman, par exemple, qui pleure la splendeur des califats et s’efforce parfois de les faire ressurgir, des voix maliennes expriment la nostalgie des empires médiévaux du Ghana, du Mali et du Songhay et comparent douloureusement leur sort actuel avec la magnificence de ces grandes civilisations du passé.Ces modèles ne sont assurément pas les seuls qui peuvent être convoqués pour analyser les événements récents survenus au Mali, mais la référence aux modèles anciens du pouvoir, omniprésente dans le langage politique actuel, nous semble être éminemment productive pour rendre compte de la symbolique du pouvoir dans ce pays.Il s’agira donc de se référer à ces anciens modèles et aux concepts qu’ils véhiculent pour les appréhender en tant que référentiel, comme éléments d’une philosophie politique non écrite qui renvoie de façon imaginaire non pas tant à des formations politiques ayant réellement existé par le passé qu’aux interprétations qui en ont été données.Cette philosophie politique implicite ou « alternative », comme on la désigne, est en quelque sorte l’équivalent de la déconstruction de la philosophie politique à laquelle se livre Michel Foucault dans « Il faut défendre la société » lorsqu’il met en avant la thématique de la « guerre des deux races », utilisée comme modèle pour interpréter l’histoire de France et celle d’Angleterre et contrer la philosophie politique classique de Hobbes, Locke ou Rousseau. Dans le cas du Mali, ces modèles, ces principes ou ces schèmes politiques semblent être au nombre de deux. Le modèle hiérarchique tout d’abord, le modèle égalitaire ou « démocratique » en second lieu, tous deux se conjoignant en définitive dans le cadre d’un modèle guerrier. “The Rhetoric of Power in Mali”This paper intends to explore the political unrest that led to the military coup of 18 August 2020 and that of 24 May 2021 as a means to comprehend the various patterns – hierarchical and egalitarian – mobilized by the social actors to conceptualise polity within a broader timeframe spanning from the medieval Empire of Mali to the contemporary Malian state.In the manner of the Arab-Muslim World which longs for the splendour of the ancient Caliphates and sometimes seeks to revive them, some Malians similarly voice nostalgia for the medieval empires of Ghana, Mali and Songhay compare, achingly, their present situations with the magnificence of these ancient civilizations.Other paragons may be employed to analyse the recent events in Mali, but these ancient models, omnipresent in today’s political rhetoric, seem particularly relevant to fully appreciate the power of symbols in this country.Thus, this paper refers to these ancient models alongside their related concepts in order to analyse them as a frame of reference or as elements of a non-written political philosophy which in turn, imaginarily, refers to actual ancient political movements but, to a greater extent, to their interpretations.This implicit or alternative political philosophy, as it is labelled here, is analogous to the deconstruction of political philosophy undertaken by Michel Foucault in Society Must Be Defended. In this book, Foucault stresses the importance of the pattern of « the war of the two races » used as a model to account for the history of France and England and challenge Hobbes’, Locke’s and Rousseau’s classical political philosophies.With regard to Mali, there are two patterns, models or political schemes: the hierarchical one and the egalitarian one, which ultimately merge into a warlike pattern. mar., 25 janv. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=627 L’organisation du crime : ethnographie d’une municipalité mexicaine durant la “guerre de la drogue” http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=636 Cet article vise à contribuer à l’analyse critique du crime organisé et de son évolution contemporaine au Mexique. Son approche anthropologique repose sur une méthodologie qualitative qui combine le travail de terrain et l’étude de cas, à travers une enquête menée dans une municipalité de l’État de Guerrero, Ayutla de los Libres, où un groupe criminel a opéré durant la « guerre de la drogue », entre 2008 et 2013. Cette étude s’intéressera donc à la formation de ce groupe dans le but de retracer – à grands traits – l’histoire contemporaine de la criminalité locale, et de contribuer ainsi, au-delà de la singularité du cas évoqué, à l’analyse de la délinquance organisée dans le Mexique du xxie siècle.Les résultats ici présentés découlent d’un travail de terrain ethnographique – conjugué à un travail social – qui a été réalisé dans plusieurs municipalités de Guerrero, entre 2012 et 2018. À Ayutla en particulier, ce travail a été mené par l’auteur en deux temps : entre 2012 et 2013, en tant que professeur, et entre 2017 et 2018, durant la réalisation d’un film sur les élections municipales de cette période. L’ethnographie se révèle particulièrement utile à l’étude de la criminalité, dans la mesure où le travail de terrain dévoile une réalité locale qui contredit le discours dominant sur le phénomène du narcotrafic. Si des controverses peuvent naître de son application au champ criminel, l’enquête ethnographique n’en représente pas moins une méthode féconde, grâce à un double avantage. Tout d’abord, elle contraste nécessairement avec les approches quantitatives dominantes, liées à la criminologie. En étudiant le phénomène à une échelle micro, elle révèle une réalité inaccessible aux approches macro, et peut ainsi compléter ou questionner les analyses statistiques. Ensuite, elle permet d’appréhender le problème criminel dans un espace délimité, où l’observation empirique est possible, ce qui donne une vision des faits plus nuancée et, surtout, plus complexe que les récits dominants sur la violence du « narco ». En ce sens, l’enquête ethnographique permet d’illustrer la profondeur du lien qui unit délinquants et politiques dans l’organisation du crime. S’il y a effectivement une délinquance organisée, l’organisation du crime n’est pas endogène, mais indissociablement liée à l’exercice du pouvoir politique au niveau local. En réalité, par le biais du gouvernement municipal qu’ils contrôlent, ce sont les caciques qui ont recours à des groupes armés pour asseoir leur domination. Jadis mercenaires et hors-la-loi, aujourd’hui gardes du corps et « narcos », les hommes en armes n’ont pas fini d’accompagner les patrons locaux. Organisée de la sorte, la criminalité dissimule une politique de terreur dont la violence cherche, avant toute chose, à préserver un ordre social profondément injuste.En effet, les formes actuelles du crime organisé s’inscrivent dans une histoire plus profonde de la violence, en dehors de laquelle elles ne peuvent être comprises. Au-delà de la figure mythique du « narco », l’application de la méthode ethnographique à l’étude du crime révèle une réalité locale en pleine transformation, du fait d’un principe étatique en crise et des luttes de pouvoir à l’œuvre, tout ceci en lien avec la mutation criminelle de l’intermédiation politique et de la représentation officielle à l’échelle municipale. De ce point de vue, la montée en puissance de la logique criminelle dans le Mexique contemporain ne peut que répondre à la construction d’un nouvel ordre social, contrôlé par un régime politique dont le pouvoir s’exerce de plus en plus par le biais de l’action criminelle. “The Organization of Crime: Ethnography of a Mexican Municipality during the ‘Drug War’”This article aims to contribute to a critical analysis of organized crime and its contemporary evolution in Mexico. Its anthropological approach is based on a qualitative methodology that combines fieldwork and case study, through an investigation carried out in a municipality in the state of Guerrero, Ayutla de los Libres, where a criminal group operated during the so-called “drug war”, between 2008 and 2013. Therefore, this study will focus on the formation of this group with the aim of delineating a local and contemporary history of crime, and thus contributing, beyond the singularity of this case, to the study of criminal violence in 21st-century Mexico.The findings draw on an ethnographic fieldwork – combined with social work – which was carried out in several municipalities of Guerrero, between 2012 and 2018. In Ayutla in particular, this work was conducted in two stages: between 2012 and 2013, as a teacher in a local school, and between 2017 and 2018, during the shooting of a documentary centred on the municipal elections. Ethnography is particularly valuable for studying crime, as the fieldwork unveils a local reality that contradicts the dominant discourse on drug trafficking. While applying it to the criminal field may spark controversies, the ethnographic inquiry nonetheless is fruitful methodologically, for its two-fold advantage. First, it necessarily contrasts with the dominant quantitative approaches that characterize criminology. By studying the phenomenon on a micro scale, it reveals a reality inaccessible to macro approaches, and can thus supplement or challenge statistical analyses. Second, it allows for empirical observation to be performed in a circumscribed space, which makes it possible a more nuanced and, above all, much more complex point of view than the dominant narrative on “narco” violence.In this sense, ethnography illustrates the deep connection whereby criminals and politicians band together in the organization of crime. If there is organized crime in Mexico, its organization is not endogenous, but is on the contrary inextricably entangled with the exercise of political power at the local level. In reality, it is the caciques, through municipal government, who use armed groups to secure their domination. Once mercenaries and outlaws turned bodyguards and “narcos”, groups of armed men continue to accompany local bosses. Organized in this manner, criminality conceals a policy of terror whose violence seeks, above all, to preserve a deeply unjust social order.Indeed, current forms of organized crime are part of a deeper history of violence, outside of which they cannot be understood. Beyond the mythical “narco”, ethnographic fieldwork sheds light on a local reality undergoing transformation, due to the crisis of the state combined with the criminal mutation of political intermediation and official representation at the municipal level. From this point of view, the surge of the criminal logic in contemporary Mexico is merely a response to the construction of a new social order, controlled by a regime whose power is increasingly wielded through crime. mar., 25 janv. 2022 00:00:00 +0100 http://revues.mshparisnord.fr/chcp/index.php?id=636